Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il avait crié "Allahou akbar" sur une plage de la Manche, un homme est mis en examen pour menaces de mort

mercredi 20 juillet 2016 à 19:59 Par Julien Pasqualini, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Cotentin et France Bleu

Un homme de 38 ans arrêté après avoir crié "Allahou akbar" et "je vais tous vous crever" sur la plage de Jullouville près de Granville lundi après-midi a été mis en examen ce mercredi soir pour menaces de mort. L'enquête va devoir démontrer s'il a agi pour des motifs terroristes ou non.

L'homme nie avoir proféré des menaces de mort sur la plage de Jullouville lundi après-midi
L'homme nie avoir proféré des menaces de mort sur la plage de Jullouville lundi après-midi © Radio France - Julien Pasqualini

Jullouville, France

Après 48 heures de garde à vue, l'homme de 38 ans qui a crié "Allahou akbar" et "je vais tous vous crever, pays de merde" lundi après-midi sur la plage de Jullouville, près de Granville, a été mis en examen. Une information judiciaire a été ouverte pour menaces de mort à raison de l'appartenance vraie ou supposée des victimes à une nation, et pour détention prohibée d'arme, puisqu'un cutter a été retrouvé sur lui.

Le suspect nie les menaces de mort

Au cours de son audition, le suspect a reconnu avoir crié sur la plage, vêtu d'une jellaba, mais nie avoir proféré des menaces de mort. Il explique avoir dit "Je suis crevé". Une explication qui n'a pas convaincu le juge d'instruction qui l'a donc mis en examen. Il a été placé en détention provisoire.

Le motif terroriste pas établi pour l'instant

L'enquête va maintenant se concentrer sur le profil de cet homme originaire de région parisienne, pour savoir s'il a agi pour des motifs terroristes ou pas. Il n'est pas fiché pour radicalisation, et a déjà été condamné mais pour des vols et des menaces de mort. A ce stade, il encourt une peine de cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende.