Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jusqu'à 12 ans de prison ferme pour l'un des plus gros trafic de stups de Marseille

mardi 14 novembre 2017 à 18:45 Par Romane Porcon, France Bleu Provence

Après deux semaines de procès, le tribunal correctionnel de Marseille a prononcé ce mardi des peines allant jusqu'à 12 ans de prison ferme à l'encontre des 27 protagonistes du très lucratif trafic de stupéfiants de la cité des Lauriers. Un réseau révélé au grand jour en mai 2015,

La citée des Lauriers dans le 13e arrondissement de Marseille
La citée des Lauriers dans le 13e arrondissement de Marseille © Maxppp -

Marseille, France

La justice espère avoir porté un grand coup au trafic de drogue qui gangrène les cités marseillaises. Ce mardi 14 novembre, le tribunal correctionnel de Marseille a prononcé des peines de six mois de sursis à douze ans de prison au procès du trafic de stups des Lauriers mis au jour en mai 2015.

Un procès exemplaire

"On joue dans la cour des grands", avait prévenu la procureure Sophie Couillaud, en prononçant ses réquisitions contre les 27 prévenus impliqués à tous les niveaux du lucratif trafic de la cité des Lauriers.

Dans ce procès, les chiffres donnent le tournis : 27 prévenus et au total, 107 années de prison prononcées dont une partie avec sursis. La peine la plus lourde pour le chef du clan des blacks : Djoussouf Ahamada, 42 ans a été condamné à 12 ans de prison ferme. Celui qui se fait appeler sénateur était depuis très longtemps dans le viseur des enquêteurs. Trois de ses frères ont également été condamnés.

"On joue dans la cour des grands." Sophie Couillaud, procureure

Mais ce procès est également exemplaire par l'ampleur du trafic. Chaque jour, ce point de vente voyait défiler 1000 clients. Une organisation bien huilée avec des veilleurs de nuit et des repas livrés sur place pour le personnel et, à la clef, un chiffre d'affaire estimé à 15 millions d'euro par an.

La destination des bénéfices n'a pas pu être déterminé avec certitude lors de ce procès. Le parquet suspecte un blanchiment aux Comores où vit le père de la famille Ahamada.