Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jusqu'à deux ans de prison ferme pour les "casseurs" de Marseille

lundi 3 décembre 2018 à 21:23 Par David Aussillou, France Bleu Provence

Dix-huit personnes ont été jugées en comparution immédiate ce lundi à Marseille après les violences de ces derniers jours. L'audience s'est tenue dans un Palais de justice totalement évacué.

Des incidents avaient éclaté samedi en marge de la manifestation des gilets jaunes
Des incidents avaient éclaté samedi en marge de la manifestation des gilets jaunes © Maxppp -

Marseille, France

Après les violences de samedi dans le centre-ville de Marseille et celles de la Ciotat en marge des manifestations des gilets jaunes, 18 hommes de 21 à 52 ans ont été jugés en comparution immédiate. Pour avoir jeté des pavés sur deux caméras de surveillance de la Canebière, un jeune de 26 ans va passer près de deux mois en prison. Un mandat de dépôt a été ordonné par le tribunal. "C'est scandaleux, lâche son avocat. Il n'a pas le profil d'un casseur".

Deux ans ferme pour un pilleur de la Canebière

Samedi soir, pendant la manifestation du centre ville, le magasin Orange de la Canebière avait été pillé par une trentaine d'individus. L'un d'eux, un homme de 28 ans a été condamné à deux ans de prison ferme. Il avait déjà une douzaine de condamnations à son casier judiciaire. 

Le tribunal évacué pendant les débats

L'audience s'est tenue dans un Palais de justice totalement évacué: par mesure de sécurité inédite et par crainte de manifestations violentes, toutes les autres audiences avaient été repoussées, et le public a été tenu à distance, à l'exception de la presse