Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jusqu'à un millier de PV en un mois pour la voiture LAPI à Brest !

lundi 14 janvier 2019 à 6:37 Par Aurélie Lagain et Hervé Cressard, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Armorique

9.000 PV ont été dressés depuis le printemps à Brest. C'est la voiture à lecture automatique des plaques qui sévit contre ceux qui se garent mal.

La voiture Lapi en service à Brest
La voiture Lapi en service à Brest © Radio France

Brest, France

Premier bilan pour le véhicule LAPI (comme lecture automatique des plaques d'immatriculation) de la Métropole de Brest  : En mars, les élus ont déclaré la guerre au stationnement gênant, notamment sur les trottoirs, véritable fléau à Brest. Et c'est la Zoé électrique, pourvu d'un gyrophare et de huit caméras qui joue la justicière. Mais c'est un agent assermenté qui appuie sur le bouton pour photographier la voiture garée sur le trottoir ou sur une place handicapée. 

Environ un millier d'infractions par mois

C'est à partir du mois d’août que les PV ont vraiment commencé a pleuvoir. 660 contraventions à 135 euros, le double de juillet. Depuis, la Zoé n’arrête pas de traquer les contrevenants : Fin novembre, plus de 9.000 PV avaient été envoyés, avec un taux de réclamation relativement faibles, 500 selon la Métropole. Il faut dire que la photo est là pour prouver l'infraction. On est en moyenne à un millier d'infractions relevées chaque mois.

La voiture sillonne surtout les rues de l'hypercentre de Brest, parfois à la demande des mairies de quartier. Objectif, limiter ce stationnement qui gêne les personnes âgées, les poussettes, les fauteuils roulants. La Métropole précise que les 135 euros vont dans la caisse de l'Etat. Une partie est reversé aux municipalités qui doivent utiliser cet argent pour améliorer la sécurité routière et les transports en commun