Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Justice : 12 ans de prison pour l'aide-soignant accusé d'avoir violé trois femmes dans une maison de retraite

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Un ancien aide-soignant de 59 ans a été condamné jeudi à 12 ans de réclusion par la cour criminelle des Yvelines. Il était accusé de viols et agressions sexuelles de trois patientes atteintes d'Alzheimer dans une maison de retraite de Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines).

Douze ans de prison pour avoir violé des femmes âgées dans une maison de retraite
Douze ans de prison pour avoir violé des femmes âgées dans une maison de retraite © Maxppp -

Saint-Rémy-lès-Chevreuse, France

La cour criminelle des Yvelines a condamné un ancien aide-soignant à 12 ans de prison pour des viols et agressions sexuelles dans une maison de retraite. L'homme de 59 ans était en poste dans un établissement de Saint-Rémy-lès-Chevreuse. Il a reconnu avoir imposé des caresses à trois patientes atteintes de la maladie d'Alzheimer et des pénétrations digitales à deux d'entre elles. Il a évoqué des "pulsions" pour expliquer son geste. 

Il avait été surpris par l'une de ses collègues, pantalon baissé, près du lit d'une résidente de 80 ans. La  directrice de l'établissement avait porté plainte en avril 2018. 

"Ces trois femmes faisaient partie des plus vulnérables de l'établissement", a précisé l'avocate de la famille de l'une des victimes. "Elles étaient des proies faciles".  

L'avocate a souligné que les victimes qui souffrent d'Alzheimer, une maladie qui touche la mémoire, ne pouvaient pas témoigner. Elle a estimé que le nombre d'agressions commises par l'accusé pourrait être bien plus élevé que les trois seules qu'il a reconnues.  

Le magistrat avait requis 14 ans d'emprisonnement pour sanctionner "la lâcheté d'un faible face à plus faible"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu