Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Moselle : il prenait des photos sous les jupes des femmes

mercredi 14 mars 2018 à 13:17 Par Thomas Jeangeorge et Sarah Mansoura, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Plus de 80.000 photographies de petites culottes ont été retrouvées sur l’ordinateur de ce quadragénaire qui a comparu devant le tribunal correctionnel de Thionville. Il a été condamné à 8 mois de prison avec sursis ce mardi.

Un photographe-voyeur plutôt ingénieux avait photographié plus de 80 000 sous-vétements
Un photographe-voyeur plutôt ingénieux avait photographié plus de 80 000 sous-vétements © Maxppp - maxppp

Thionville, France

Un homme de 47 ans, photographe amateur, a comparu ce mardi 13 mars devant le tribunal correctionnel de Thionville pour utilisation et conservation d'images à caractère sexuel. Mais derrière ces termes génériques se cachent une préparation et une organisation assez minutieuse.

Le prévenu explique à la barre que depuis environ 4 ans, il a pour habitude de se rendre dans des manifestations populaires, des défilés, des concerts, des rassemblements avec une petite sacoche en bandoulière. 

C’est une sacoche spéciale puisqu'il y a fait des trous pour pouvoir y installer deux objectifs. A l'aide de la lanière il balance comme un pendule ces objectifs sous les jupes de nombreuses femmes. Et déclenche son appareil photo grâce à son portable.

Il reconnait 40 ou 50 000 clichés de petites culottes. En réalité les gendarmes auront retrouvé au moins 85 000 photos, soigneusement consignées et classées. Ce photographe d'un certain genre se justifie devant le tribunal, explique qu'il n'a jamais voulu faire de mal, qu'il n'a jamais. 

Ce quadragénaire a écopé de 8 mois de prison avec sursis. Il devra également se soigner et verser 800 euros de dommages et intérêts à une victime (qui s'était constituée partie civile), ainsi que 500 euros pour rembourser les frais d'avocat.