Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Justice à Rennes : le père d'un autiste accuse la Caisse d'Epargne de discrimination

jeudi 7 juin 2018 à 19:33 Par Céline Guétaz, France Bleu Armorique

La Caisse d'Epargne de Bretagne a-t-elle fait preuve de discrimination à l'égard d'un père et de son fils autiste ? La question était posée ce jeudi au tribunal correctionnel de Rennes. Les comptes bancaires des deux hommes avaient été clôturés après un incident dans une agence bancaire rennaise.

Loic, le père et son avocat maître Jean-Guillaume Le Mintier
Loic, le père et son avocat maître Jean-Guillaume Le Mintier © Radio France - Céline Guétaz

"On nous a jetés comme des chiens, voilà comment je ressens les choses" lance Loic, le père de Fabien. Depuis quelques années ce retraité qui habite Parthenay-de-Bretagne s'occupe à plein temps de son fils autiste, qui a l'âge mental d'un enfant de 2 ans. Ils viennent souvent tous les deux à l'agence bancaire, "ça nous fait une sortie. Tout le monde connaissait le handicap de Fabien dans l'agence rennaise de Bourg-L'évêque" explique le retraité. Le 10 août 2016, les deux hommes sont dans l'agence, Fabien veut aller aux toilettes, il baisse son pantalon dans l'agence et s'agite beaucoup. 

"Un incident grave qui entraîne la clôture des comptes bancaires" estime la banque

Ce qui s'est passé ce 10 août 2016 est un incident grave, "un incident de plus "estime la direction de la banque à l'audience.  "Il y avait déjà eu des précédents?" demande la présidente de l'audience au banquier, parce que dit-elle "il n'y a rien dans le dossier, ni mise en garde, ni courrier, et les comptes ont été fermés seulement quelques heures après l'incident".  La présidente rappelle que les agents connaissaient la situation de Loic et de son fils Fabien : "au regard de cela, il y aurait pu avoir un peu plus de bienveillance ?" Mais la direction de la banque martèle : " Ce n'est pas le handicap qui a motivé la décision de clôturer les comptes, c'est l'incident lui-même". 

"Fermer la porte à un client handicapé, en raison de son comportement, c'est discriminatoire " 

Pour l'avocat de Loic et Fabien, maître Jean-Guillaume Le Mintier "la Caisse d'Epargne se vante pourtant dans des campagnes de pub d'avoir la politique commerciale la plus attractive pour les personnes handicapées. Mais si on accepte les clients handicapés, il faut aussi accepter ce que leur maladie induit dans leur comportement", estime l'avocat. Sinon c'est de la discrimination". La justice devra trancher. La décision est attendue le 28 juin.