Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Justice Amiens : un psychiatre reconnu coupable d'homicide involontaire

mardi 15 mai 2018 à 19:08 Par Vanessa Lamarre, France Bleu Picardie

5 ans après la mort d'une jeune fille de 18 ans à l'hôpital d'Abbeville, l'ancien chef du service de psychiatrie est reconnu coupable d'homicide involontaire. Le tribunal correctionnel d'Amiens le condamne à 3 mois de prison avec sursis

Un ancien psychiatre de l'hôpital d'Abbeville  reconnu coupable d'homicide involontaire
Un ancien psychiatre de l'hôpital d'Abbeville reconnu coupable d'homicide involontaire © Maxppp - maxppp

Abbeville Amiens

L'affaire a été examinée le 17 Avril au Tribunal correctionnel d'Amiens, mais la décision a été rendue ce mardi. Le psychiatre est donc reconnu coupable d'homicide involontaire après le décès d'une jeune fille de 18 ans en aout 2013.  Elle était hospitalisée  dans son service depuis 6 mois à l'hôpital d'Abbeville. Ce soir là elle s’était plainte de maux de ventre.  Elle est décédée d’une occlusion intestinale quelques heures plus tard.  Le psychiatre n'a pas jugé utile de demander des examens approfondis, il a prescrit un Spasfon à la jeune fille. Mélodie venait tout juste d'avoir 18 ans 3 jours plus tôt. A l'audience le médecin âgé de 43 ans a expliqué que "s'il avait demandé l’avis d’un gastro-entérologue sur la cas d'une jeune femme de 18 ans qui avait des maux de ventre pendant ses règles, il lui aurait ri au nez".  Pour l'un des avocats de la famille Maître Blondet, il y a eu négligence, il estime que "le psychiatre est dans le déni de ses responsabilités".   

L'avocat du psychiatre dit réfléchir avec son client à un éventuel appel de la décision. A l'audience il avait plaidé la relaxe. En attendant le psychiatre exerce toujours à Abbeville dans un cabinet privé, il est en disponibilité de la fonction publique depuis janvier 2014 selon la direction de l'hôpital d'Abbeville. Il devra verser 50 000 Euros à la famille de la victime.