Faits divers – Justice

JUSTICE | Côte-d’Or : ils commandent un poêle à bois, leur argent part en fumée

Par Edouard Marguier, France Bleu Bourgogne mardi 1 septembre 2015 à 17:27

Les victimes avaient commandé un poêle à bois pour chauffer leur maison. Elles n'ont jamais été livrées.
Les victimes avaient commandé un poêle à bois pour chauffer leur maison. Elles n'ont jamais été livrées. © MaxPPP

Au moins onze personnes ont perdu jusqu’à 5500 euros après avoir commandé un poêle à bois. Elles n’ont jamais été livrées. Les deux gérants de l’entreprise qui était située à Genlis en Côte d'Or ont été condamnés lundi pour abus de confiance par le tribunal correctionnel de Dijon. Les faits remontent à fin 2012.

Ces clients voulaient juste passer un hiver au chaud en achetant un poêle à bois ou à granulés. Cela fait joli dans le salon et, en 2012, ce moyen de chauffage coûtait moins cher que le fioul. Plus économe et plus écolo. C’était, en tout cas, ce que promettaient les deux vendeurs. Lui, le gérant, est né à Dijon. Elle, sa compagne, à Chenôve. La quarantaine tous les deux.

Le café est offert

Ils semblaient dynamiques, sympathiques. Ils allaient même jusqu’à offrir le café dans leur magasin du cours des Martyr à Genlis, aujourd’hui fermé depuis la mise en liquidation judiciaire de la société. Les clients originaires du secteur leur ont fait confiance. « Les deux gérants en ont abusée » a tranché la juge pendant l'audience, à laquelle les deux prévenus n’ont pas assisté. Quelques victimes ont témoigné à la barre. L’avocat de l’association UFC Que Choisir, partie civile dans ce dossier, est également venu réclamer des dommages et intérêts pour les victimes au titre du préjudice matériel et moral.

 

Trente mille euros

En quatre mois, les deux époux, sans scrupule, ont encaissé au moins trente mille euros d'acompte et n’ont réalisé aucuns travaux. Pire ! La seule fois qu'ils ont installé un poêle dans une maison. Il a été la cause du départ d'un incendie.

"Incompétents et malhonnêtes"

Le procureur de la République de Dijon

« Ils sont incompétents, a souligné le procureur de la République dans ses réquisitions, ils n'ont reçu qu'une seule journée de formation dans ce domaine ». Malhonnêtes également. Tous deux ont reconnu s'être empressés d'encaisser les chèques pour pourvoir se verser des salaires.

 

Un an de prison

La juge de Dijon a suivi les réquisitions du parquet et a condamné les prévenus pour abus de confiance. Un an de prison ferme et interdiction de gérer une entreprise pendant cinq ans. Mais les prévenus restent introuvables. Les gendarmes ont perdu leurs traces à Brignoles dans le Var. Au soleil. Loin de la Bourgogne et des poêles à bois.