Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Justice : deux policiers du 36 quai des Orfèvres aux assises pour le viol présumé d'une touriste canadienne

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Deux policiers comparaissent à partir de ce lundi 14 janvier 2019 à Paris. Ils sont accusés d'avoir violé une touriste canadienne en avril 2014 dans les locaux de la police judiciaire, 36 Quai des Orfèvres, que les fonctionnaires lui faisaient visiter. Le procès doit durer jusqu'au 1er février.

Deux policiers accusés de viol
Deux policiers accusés de viol © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Paris, France

La justice va tenter de comprendre ce qui s'est passé le 22 avril 2014 dans les locaux de la police judiciaire au 36 quai des Orfèvres à Paris. Deux policiers sont accusés d'avoir violé une touriste canadienne dans ces locaux. 

Ce soir-là, une jeune canadienne accepte d'aller visiter les bureaux de la PJ avec deux policiers de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) qu'elle a rencontrés dans un pub irlandais tout proche.

Une visite qui tourne mal

Il est tard, ils ont bu, ils sont joyeux. Vers 01h00 du matin la jeune femme et les deux policiers entrent dans les locaux de la PJ. Une heure plus tard, la touriste repasse devant le gardien de la paix qui filtre les entrées. Elle est en larmes, sans ses collants et elle tient ses chaussures à la main. Elle affirme en anglais qu'elle a été violée.   

Les deux policiers mis en cause ont d'abord nié avant de reconnaître des rapports sexuels libres et consentis. Les empreintes génétiques des deux accusés ont été retrouvées sur le string de la femme. Un troisième ADN se trouvait sur le sous-vêtement mais n'a pas pu être identifié.

Selon les policiers, la touriste canadienne, une fois dans les bureaux, se serait mise à danser, dénudée, en demandant à être prise en photo.

Les policiers risquent 20 ans de prison

En 2016, un non-lieu avait été prononcé en faveur des policiers. Le ministère public et la jeune femme ont fait appel. La chambre de l'instruction a décidé de renvoyer les deux fonctionnaires devant les assises. Elle a estimé que les deux hommes avaient "exploité l'état d'ivresse" de la jeune canadienne. 

Le procès s'ouvre ce lundi 14 janvier 2019 et il doit se terminer le 01 février. L'avocate de la jeune femme envisage de demander un huis-clos, peut-être partiel. Les accusés risquent 20 ans de prison.

Choix de la station

France Bleu