Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Justice : la société Grands Vins de Gironde condamnée pour "tromperie"

jeudi 5 avril 2018 à 15:38 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde et France Bleu

La société Grands Vins de Gironde devra s'acquitter d'une amende de 200.000 euros. En 2014 l'entreprise avait vendu plus de 6.000 hectolitres de vin sous de fausses étiquettes. Elle a été condamnée ce jeudi par le tribunal correctionnel de Bordeaux.

Bouteilles (illustration)
Bouteilles (illustration) © Maxppp - maxppp

Bordeaux, France

A l'audience en mars dernier le procureur avait requis 500.000 euros d'amende contre le négociant. Le tribunal l'a déclaré coupable mais le jugement est donc plus clément. La société Grands Vins de Bordeaux est condamnée à verser 200.000 euros d'amende. Elle devra également indemniser les parties civiles , le Conseil Interprofessionnel du Vin de bordeaux ainsi que l'Institut National de l'Origine et de la Qualité. 10.000 euros pour l'INAO et 3.000 euros pour le CIVB. 

En revanche, le directeur de achats de la société, le seul cadre a avoir été entendu lors du procès a été en grande partie relaxé : 15.000 euros d'amende avec sursis. Il était poursuivi pour avoir directement participé à l'arnaque en mélangeant les cuves les unes avec les autres.

Ce "micmac" avait été révélé par les agents de la répression des fraudes. Des anomalies ça arrive mais 6.000 hectolitres de vins trafiqués, ça fait quand même beaucoup ! "Quand j'achète un Margaux, je veux boire du château Margaux" avait conclu le procureur dans ses réquisitions.