Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Justice : le fils de Bernard Laporte condamné en appel pour sa paillote au pied de la Dune du Pilat

mercredi 13 mars 2019 à 15:53 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde et France Bleu

La cour d'appel de Bordeaux a condamné ce mercredi la société le Blockhaus à une amende 5.000 euros. Un jugement bien plus clément qu'en première instance. Depuis, la paillote a été démontée et le site au pied de la Dune du Pilat remis en état.

Justice (illustration)
Justice (illustration) © Maxppp - maxppp

La Teste-de-Buch, France

Le fils de Bernard Laporte, Baptiste, est finalement condamné dans l'affaire de sa paillote au bord de l'eau. La cour d'appel de Bordeaux l'a condamné ce mercredi à payer une amende de 5.000 euros au titre de sa société, le Blockhaus. Une peine bien moins lourde qu'en première instance. En mars dernier Baptiste Laporte avait en effet écopé d'une amende de 10.000 euros plus 40.000 euros à régler au nom de sa société.

Ce qui a sans doute motivé cette clémence c'est que le site a été entièrement remis en état. La cabane a disparu, plus aucune trace de ce qui était devenu le bar branché du Pyla. Dans son jugement la cour d'appel de Bordeaux prend donc acte de ce déménagement et allège les peines prononcée en mars dernier. 

On ne peut pas privatiser le patrimoine national pour faire ses petites affaires" - Maître François Ruffié, avocat de la Sepanso

La SEPANSO, association de protection de l'environnement, qui était partie-civile dans ce dossier se félicite de cette condamnation et du fait surtout que le site ait été rendu à la nature. 

Maître François Ruffié, avocat de la Sepanso