Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Justice pour Cintia" : une centaine de personnes à la marche blanche à Toulouse

samedi 2 septembre 2017 à 22:40 Par Nolwenn Quioc, France Bleu Occitanie et France Bleu

Une marche blanche était organisée ce samedi à Toulouse, à l'initiative de Maria Liunimbu, la mère de la jeune fille de 21 ans assassinée chez elle au mois de juillet. Une centaine de personnes ont rendu hommage à cette jeune d'origine angolaise.

Parents et proches de Cintia ont défilé dans les rues de Toulouse, une rose blanche à la main
Parents et proches de Cintia ont défilé dans les rues de Toulouse, une rose blanche à la main © Radio France - Nolwenn Quioc

Toulouse, France

"Justice pour Cintia" : ces mots ont résonné sur le passage du cortège, depuis Arnaud Bernard où habitait la jeune femme, jusqu'à la préfecture. La marche blanche a réuni famille, amis et proches de Cintia, mais aussi des personnes qui ne la connaissaient pas, mais qui ont été touchés par cette affaire. Tous tenaient une rose blanche à la main.

Le 27 juillet, le corps de Cintia a été retrouvé chez elle, dans son appartement place des Tiercerettes. Elle était morte depuis le 21 juillet, tuée à coups de couteau. Deux semaines plus tard, la police interpelle un suspect, grâce notamment à des traces ADN.

Un suspect bien connu de la justice

Il s'agit de Jean-Baptiste Rambla, un homme condamné en 2008 pour le meurtre de son employeuse, dans les Bouches du Rhône, à 18 ans de prison. En 2015, il bénéficie d'une libération conditionnelle, et s'installe à Toulouse.

C'est aussi le frère de Marie-Dolorès Rambla, enlevée sous ses yeux, alors qu'il n'était qu'un petit garçon, dans ce qui deviendra ensuite l'affaire du pull-over rouge. Lors de son procès, en 2008, Jean-Baptiste Rambla avait déclaré être hanté par cette affaire.

Des failles dans la justice ?

Aujourd'hui, un mois après le meurtre de leur fille, les parents de Cintia s'interrogent. Comment la justice a-t-elle pu remettre en liberté Jean-Baptiste Rambla ? "Si la justice avait fait son travail, cela ne serait pas arrivé, accuse Alberto, le père. C'est un assassin qu'on a laissé sortir comme ça".

Ecoutez le reportage auprès des proches de Cintia lors de la marche blanche

Maria, la mère de Cintia ne dort plus depuis un mois, elle s'alimente très peu, et repasse sans cesse le drame dans sa tête. "A cause de la justice, aujourd'hui, j'ai perdu ma fille. Elle était trop jeune, à 21 ans, elle est partie comme ça !"

Le père et la mère de Cintia 'à gauche) ont reçu le soutien de l'adjoint au maire de Toulouse, Djillali Lahiani - Radio France
Le père et la mère de Cintia 'à gauche) ont reçu le soutien de l'adjoint au maire de Toulouse, Djillali Lahiani © Radio France - Nolwenn Quioc

Parents et proches de Cintia attendent aussi des explications sur les motifs de ce meurtre. Lors de sa garde à vue, Jean-Baptiste Rambla a déclaré avoir agi au hasard. "Ce n'est pas possible, s'exclame Vanessa, collègue et amie de Maria, la mère. Il l'avait forcément repérée et il l'a suivie chez elle. Dans son sac, il avait un taser et un couteau ou un cutter. On ne sort pas de chez soi tous les matins avec ce genre de choses dans son sac, ce n'est pas normal". Il faudra sans doute attendre le procès de Jean-Baptiste Rambla pour, peut-être, avoir enfin des explications.