Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Justice : quatre années de prison requises contre Joseph Castelli

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu RCFM

Le procureur de la République de Bastia a requis de la prison ferme contre Joseph Castelli et les trois entrepreneurs jugés à ses côtés.

Prison requise contre l'ex sénateur de Haute-Corse devant le tribunal correctionnel de Bastia
Prison requise contre l'ex sénateur de Haute-Corse devant le tribunal correctionnel de Bastia © Radio France - Caroline Saglione

Joseph Castelli et trois entrepreneurs insulaires sont jugés devant le tribunal correctionnel de Bastia. L'ex-sénateur de Haute-Corse et ancien président du conseil départemental est poursuivi pour trafic d'influence, blanchiment aggravé et faux en écriture.

Ce matin, le procureur de la République, Arnaud Viornery, a requis 4 ans de prison dont un an avec sursis contre Joseph Castelli. Le parquet réclame également la confiscation de sa villa et une amende de 200.000€.

Le procureur de la République a requis également 2 ans de prison ferme contre Patrick Brandizi et une amende de 200.000€, 2 ans de prison dont 6 mois avec sursis et 60.000€ contre Charles Rugani et enfin 1 an de prison et 25.000€ d'amende contre Paul di Luna.

L'audience se poursuit avec les plaidoiries des avocats de la défense. 

Dans ce dossier, il est reproché à Joseph Castelli d'avoir fait quelques arrangements avec trois entrepreneurs insulaires pour la réalisation de divers travaux privés dans sa villa de Penta di Casinca, des travaux aux prix minorés en contrepartie de l'obtention du marché public de la médiathèque de Folelli, marché sur lequel les entrepreneurs auraient "récupéré" leur manque à gagner. 

Les avocats des prévenus ont tous plaidé la relaxe. Ils estiment que les infractions reprochées aux uns et aux autres (trafic d'influence, blanchiment aggravé, faux en écriture, corruption active et abus de biens sociaux) n'étaient pas constituées.

Le tribunal correctionnel de Bastia rendra son jugement le 1er mars prochain. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess