Faits divers – Justice

"Sortir du Nucléaire" dénonce les manquements à la sécurité à la centrale nucléaire de Cruas-Meysse

Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme-Ardèche mercredi 15 novembre 2017 à 5:23

Le dirceteur de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse comparaissait mardi devant le tribunal de police de Privas
Le dirceteur de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse comparaissait mardi devant le tribunal de police de Privas © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

le directeur de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse, en Ardèche comparaissait mardi devant le tribunal de police de Privas. Le réseau Sortir du nucléaire lui reproche d'avoir mélangé déchets radioactifs et conventionnels.

Les faits remontent au 6 Novembre 2015. Un camion qui évacue des déchets conventionnels est stoppé par un portique test du site. Son taux de radioactivité est trop élevé. Après enquête, on retrouve à l'intérieur des habits de papier (sur-chaussures, pantalon) ainsi qu'un sac vide radioactifs. Ces déchets, courant au sein d'une centrale nucléaire auraient dû être dirigés vers le circuit d'élimination ad hoc et certainement pas vers les déchets conventionnels.

EDF reconnait son erreur

Les faits ne sont pas contestés par EDF. En revanche, le conseil d'EDF explique que les déchets radioactifs ne sont jamais sortis du site. L'erreur a bien été détectée et réparée. Le camion a été vidé de ses déchets et les déchets radioactifs redirigés vers la filière habituelle. Par ailleurs, EDF fait remarquer que l'ASN, l'autorité de sûreté nucléaire a écrit qu'il n'y avait pas eu de conséquence sur l'environnement. L'avocat d'EDF fait même remarquer que la radioactivité de ces déchets correspond à la moitié d'une dose reçue lors d'une radio des poumons. Il a demandé la relaxe de son client.

Le réseau sortir du nucléaire s'inquiètent de tels manquements

Le réseau sortir du nucléaire et des associations de protection de l'environnement dénoncent ce type d'incidents dont ils disent qu'ils sont particulièrement nombreux à la centrale de Cruas-Meysse. Ils reprochent par ailleurs à EDF d'avoir tardé à déclarer cet incident. Le jugement a été mis en délibéré. Il sera rendu le 9 février prochain.