Faits divers – Justice

Un ex-officier de gendarmerie poursuivi devant le tribunal correctionnel de Metz

Par Thomas Jeangeorge, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu jeudi 10 novembre 2016 à 11:47

La cour intérieure du palais de justice de Metz.
La cour intérieure du palais de justice de Metz. © Radio France - Cédric Lang-Roth

L'ancien commandant de la brigade de Behren-les-Forbach a comparu ce mercredi 9 novembre devant le tribunal correctionnel de Metz pour, notammen,t corruption passive. Trois ans de prison et 45.000 euros d'amendes ont été requis à l'encontre de ce capitaine de 54 ans.

Un retraité de la gendarmerie devant le tribunal correctionnel de Metz. L'ancien commandant de la brigade de Behren-les-Forbach, entre 2010 et 2015, a comparu ce mercredi 9 novembre pour abus de confiance, abus d'autorité, violation du secret de l'enquête, violation du secret professionnel et corruption passive. Cet officier de 54 ans, aujourd'hui à la retraite, aurait notamment protégé et renseigné des dealers de sa ville. Le procureur de la République a requis contre lui trois ans de prison dont dix-huit mois avec sursis, 45 000 euros d'amendes et une interdiction de port d'arme pendant cinq ans. L'avocat de l'ancien gendarme a demandé la relaxe.

Les dealers de la cité avaient le numéro de portable du capitaine

En 2015, alors que le commandant de la brigade de Behren-les-Forbach vient tout juste d'être muté à Nancy, l'inspection générale de la Gendarmerie nationale reçoit un courrier anonyme. Selon son auteur, l'officier de 54 ans, en poste dans cette ville sensible depuis 2010, protégerait et renseignerait certains dealers. Des gendarmes de la brigade sont auditionnés et ils révèlent que ce capitaine laisserait également filer certaines infractions. Il aurait aussi sabordé certaines enquêtes. Placé en garde à vue, le militaire craque et reconnait partiellement les faits. S'il a agi de la sorte, c'est pour remercier un ancien premier adjoint de la ville, président d'un centre social, qui a aidé sa femme à trouver un emploi. Ce quinquagénaire serait proche de certains petits délinquants de Behren, ce que nie l'intéressé.

A la barre, ce mercredi 9 novembre, l'officier revient sur ses aveux et affirme avoir été victime de pressions de sa hiérarchie. Et son avocat de rappeler ses glorieux états de service : " une carrière de 38 ans sans fausse-note " précise-t-il. Selon Me Didier Grandhaye, l'ancien commandant de la brigade de Behren a été victime de rumeurs et d'individus qui ont voulu ternir sa réputation.

Les arguments de l'ex-capitaine n'ont pas convaincu la représentante du ministère public. " Vous êtes une sorte de petite caïd de cité ", lâche-t-elle. Dans son réquisitoire, elle ne mâche pas ses mots contre l'ancien commandant de Behren-les-Forbach. Elle évoque un comportement inadapté du militaire, une attitude détestable, qui a sali, je cite, " l'image de la gendarmerie ". La représentante du ministère public a requis contre lui trois ans de prison dont dix-huit mois avec sursis, une amende de 45 000 euros et une interdiction de port d'arme pendant 5 ans. Le tribunal correctionnel de Metz rendra son délibéré le 14 décembre prochain.

Opération anti-drogue à Behren en mars 2016 - Maxppp
Opération anti-drogue à Behren en mars 2016 © Maxppp - Phillipe Riedinger

Dans cet affaire, est également poursuivi l'ancien premier adjoint de la ville de Behren pour corruption active. Il aurait facilité l'embauche de la femme du commandant de la brigade en échange de renseignements et de faveurs. Mais le procureur de la République a requis la relaxe, tout comme son avocat d'ailleurs.