Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Justice : une conseillère municipale d'Arcachon jugée pour injures à l'encontre du maire Yves Foulon

jeudi 6 septembre 2018 à 18:04 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde

Annie Bey, conseillère municipale comparaissait à la barre du tribunal correctionnel de Bordeaux ce jeudi après-midi. Elle est accusée d'avoir injurié le maire d'Arcachon Yves Foulon dans un billet publié sur sa page Facebook en décembre dernier.

Mairie d'Arcachon
Mairie d'Arcachon © Radio France - Stéphane Hiscock

Bordeaux, France

Dans un billet publié sur son compte Facebook en décembre dernier Annie Bey écrivait que le maire se livrait, à "un clientélisme effréné", des "relations incestueuses entre public et privé", "des conflits d'intérêt", "des menaces", du "favoritisme". L'élue concluait : "Balkany à Levallois, Foulon à Arcachon". 

Le maire de la cité balnéaire n'a pas apprécié et il a donc attaqué son opposante en justice pour injures. A la barre du tribunal correctionnel de Bordeaux ce jeudi Annie Bey n'a pas renié ses écrits. Au contraire elle a indiqué qu'elle pouvait prouver tout ce qu'elle avançait.

Monsieur Foulon a toujours voulu que je disparaisse du paysage politique. Depuis 2014 je dois me défendre régulièrement contre ses troupes qui me huent en conseil municipal. — Annie Bey

De son côté l'accusation, par la voix de maître Benoît Ducos-Ader, a insisté sur le caractère injurieux des écrits publiés sur la page Facebook d'Annie Bey.

Annie Bey préfère calomnier que travailler sur ses dossiers de conseillère municipale. Elle aime faire parler d'elle mais la démocratie ne peut admettre ce type d'attaques personnelles. — Benoît Ducos-Ader

Le tribunal rendra son jugement le 27 septembre prochain.