Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Justine tuée par un train : le procès de la SNCF le 15 décembre à Caen

vendredi 25 novembre 2016 à 16:52 Par Nolwenn Le Jeune, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Justine, 17 ans, avait été happée par un train le 2 juillet 2010, à la halte gare d'Audrieu, entre Bayeux et Caen, dans le Calvados. On a appris la date du procès ce vendredi : il se tiendra le 15 décembre à Caen. La SNCF est poursuivie pour homicide involontaire.

Justine, 17 ans, happée par un train à la halte-gare d'Audrieu (Calvados)
Justine, 17 ans, happée par un train à la halte-gare d'Audrieu (Calvados) © Radio France

Caen, France

La date du procès de la SNCF dans la mort de Justine est connue dans le Calvados. Il aura lieu le 15 décembre prochain au tribunal correctionnel de Caen. Il y six ans, Justine de la Forge, 17 ans, descend de son TER, traverse les voies avec son vélo, dans la petite halte-gare d'Audrieu, entre Bayeux et Caen. Un train intercité arrive en sens inverse et fauche la jeune fille. La SNCF va être jugée pour homicide involontaire. Depuis, des travaux de sécurisation ont eu lieu. Une passerelle pour traverser sans danger les voies a notamment été installée. Dans cette affaire la SNCF est poursuivie pour homicide involontaire.

La mère de Justine, Sandrine Colette, s'est battue depuis la mort de sa fille, non seulement pour que les lieux soient sécurisés mais aussi pour que les responsables soient renvoyées devant la justice. En mars dernier, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Caen a décidé de renvoyer les deux sociétés devant le tribunal correctionnel. Elles vont être jugées pour maladresse, imprudence, inattention, manquement à une obligation de sécurité pour la traversée de voies par le public.