Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Kévin Blondelle, journaliste matinalier à France Bleu Berry, sur la route du Tour de France

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry

C'est l'une des voix de l'équipe de la matinale sur France Bleu Berry. Kévin Blondelle est aussi un passionné de sport, et notamment de cyclisme. Cette année, et c'est une première pour lui, il va assurer les commentaires du Tour de France pour le réseau France Bleu et le groupe Radio France.

La radio à France Bleu, l'autre passion de Kévin Blondelle
La radio à France Bleu, l'autre passion de Kévin Blondelle - Nicolas Tavarès-Magazine "Carré Barré"

C'est vrai qu'il avait les yeux un peu rougis par l'émotion lorsqu'il appris que sa candidature pour commenter le Tour de France pour le réseau France Bleu avait été retenue. Journaliste-matinalier à France Bleu Berry, Kévin Blondelle va réaliser l'un de ses rêves : cotoyer les plus grands du peloton, en assurant pour Radio France, les commentaires de leurs exploits : " C'est très particulier pour moi. Je crois que tout le monde a un souvenir associé à cet événement, qu'on aime le vélo ou non. Et puis c'est aussi une fierté de représenter France Bleu Berry partout en France".

Passion cyclisme, passion course à pied, passion foot...passion sports !

La candidature de Kévin s'est imposée naturellement. Sportif accompli, qui sait de quoi il parle, Kévin Blondelle fait partie de ces matinaliers qui après s'être levé à 2 heures 30 le matin pour présenter les journaux de la matinale, peut enchaîner en début d'après midi, une sortie vélo de 60 ou 70 kilomètres, et ce plusieurs fois par semaine : " J'adore pédaler mais sans aucune prétention. Je ne fais pas le même sport que les cyclistes du Tour, qui eux sont des extra-terrestres ; à coté, moi je "roulotte" mais avec un plaisir énorme ".

Le week-end, vous ne trouverez pas Kévin dans son canapé mais plutôt sur une course à pied ou un trail longue distance. C'est vrai qu'outre le cyclisme, le running et les épreuves au long cours sont ses autres passions sportives. D'ailleurs, si la crise sanitaire du coronavirus n'avait pas tout bousculé, il aurait dû prendre au mois de mai dernier le départ du Marathon des Sables dans le désert Marocain, en assurant là aussi une couverture pour le réseau France Bleu. Ce n'est que partie remise. 

" Commenter le Tour, un rythme soutenu mais moins usant que de pédaler "

Si la course à pied est indispensable pour Kévin, le cyclisme l'est tout autant, voire plus. Une passion qui a déjà conduit le journaliste de 30 ans à commenter par le passé quelques étapes de la Grande Boucle  : " En 2013, j'étais perché dans un arbre en haut du col des Treize-vents dans l'Hérault, tellement la liaison était mauvaise ! " se souvient-il. Son vélo à lui, Kévin l'a promené dans le col du Tourmalet, Port-de-Balès, le col de Pailhères, l'Izoard, le Puy Mary ou encore le Mont Aiguoal. Ici dans le Berry, pour trouver un peu de dénivelé, vous pourriez le croiser du coté d'Eguzon ou de Badecon-le-Pin.

Kévin Blondelle au cours d'une de ses sorties...à l'assaut du Mont Ventoux !
Kévin Blondelle au cours d'une de ses sorties...à l'assaut du Mont Ventoux !

Suivre un Tour complet et en le faisant pour la radio, une autre passion, c'est une première pour Kévin. Un jour sur deux, il sera sur une moto Radio France ; le lendemain, il assurera le commentaire en cabine depuis l'arrivée. Un travail en binôme avec son collègue de France Bleu Pays de Savoie, Nicolas Perronet : " Ce sera un rythme soutenu, mais c'est moins usant que de pédaler! ". Outre les étapes de montagne, Kévin attend aussi avec une certaine impatience, empreinte de fébrilité, le passage du peloton à quelques encambures de Parthenay, dans les Deux Sèvres : "C'est là où vit ma grand-mère, ainsi que mon grand père qui m'a élevé et m'a appris à faire du vélo. Je vais être fier comme un môme en passant devant lui sur la moto. Je pense qu'il y aura aussi beaucoup d'émotion..."

" Julian Alaphillipe va tout tenter ! "

Evidemment, comme tous les amoureux de la petite Reine, et pas seulement, Kévin aurait bien aimé que le Tour passe en Berry cette année : "Bien sûr, c'est une petite déception, mais je mets une pièce sur une étape pour nous l'an prochain ". Et l'histoire semble vouloir lui donner raison, pusique le Tour devrait bien faire étape à Châteauroux l'an pochain. En attendant, le journaliste est sur le départ du Tour 2020 où il espère voir briller à nouveau Julian Alaphilippe : " Qu'il fasse un Tour comme l'an dernier, cela me semble compliqué, mais c'est un garçon tellement surprenant, plein de punch, de vie ! En tout cas, je n'ai aucun doute sur le fait qu'il sera acteur et qu'il va tout tenter ! "

Du punch, de la vie, Kévin en a revendre lui aussi ! Sur le Tour, "ce mec bien" va porter les couleurs de France Bleu Berry et nous, ici, on est très fiers !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess