Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Koh-Lanta : le procureur de Nancy ouvre une information judiciaire

mercredi 16 mai 2018 à 17:51 Par Nathalie Broutin, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Le parquet de Nancy, saisi après une accusation d'agression sexuelle lors du tournage de l'émission de télévision Koh-Lanta, ouvre ce mercredi 16 mai, une information judiciaire. La semaine dernière, la production a annoncé l'annulation du tournage en cours dans une ile des Fidji.

L'émission en tournage dans une île des Fidji a été annulée par la production
L'émission en tournage dans une île des Fidji a été annulée par la production - Philippe Le Roux/TF1

Nancy, France

Le Procureur de Nancy François Pérain annonce ce mercredi 16 mai qu'il ouvre une information judiciaire dans une affaire présumée d'agression sexuelle lors du tournage de l'émission Koh-Lanta, produite pour la chaine de télévision TF1. La semaine dernière la société de production a annoncé l'annulation du tournage en cours dans une île des Fidji. 

Le parquet nancéien est saisi de ce dossier depuis ce mardi 15 mai parce qu'un participant de ce jeu télévisé, habitant Laneuveville-devant Nancy dans l'agglomération de Nancy en Meurthe-et-Moselle est accusé d'agressions sexuelles par une autre participante. 

L'homme Eddy G. a passé une partie de sa journée de lundi en garde à vue, il récuse les accusations, mais de source judiciaire, il aurait reconnu avoir dormi à côté de la victime la nuit des faits au début du mois de mai. Selon la victime Candide R. , l'homme l'aurait "embrassé sur la bouche avant de pratiquer des attouchements sous ses vêtements". La candidate aurait repoussé son agresseur présumé à plusieurs reprises avant de quitter l'abri où les participants passaient la nuit.  Une version contestée par le candidat meurthe-et-mosellan.