Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'abattoir d'Alès a rouvert ses portes

jeudi 10 décembre 2015 à 11:18 - Mis à jour le jeudi 10 décembre 2015 à 12:42 Par Camille Payan et Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

C'est une information révélée ce jeudi par France Bleu Gard-Lozère : l'abattoir d'Alès, fermé depuis le 14 octobre dernier, a rouvert ses portes ce mercredi soir. L'établissement avait fermé après la diffusion d'images choquantes sur les conditions de mises à mort des animaux.

L'abattoir d'Alès est à nouveau ouvert
L'abattoir d'Alès est à nouveau ouvert © Maxppp

Alès, France

C'est un soulagement pour les éleveurs de la région. Depuis près de deux mois, ils devaient se rendre en Auvergne ou dans les Bouches-du-Rhône pour faire abattre leurs bêtes. Désormais ils vont pouvoir retourner à Alès.

L'abattoir a rouvert ses portes ce mercredi soir, c'est une information France Bleu Gard-Lozère. L'activité va reprendre progressivement.

L'établissement était fermé depuis le 14 octobre, après la diffusion d'images choquantes tournées à l'intérieur. Le maire avait décidé de fermer les portes dès la  mise en ligne de cette vidéo, une association de défense des animaux L 214 avait porté plainte

La vidéo montrait des conditions de mises à mort des animaux terribles. Les services de l’État ont été saisis et plusieurs enquêtes ont été ouvertes.

Un manque à gagner de 400 000 euros

Au total 50 heures d'images ont été visionnées, l'enquête sanitaire a pointé du doigt quelques dysfonctionnements qui sont désormais réglés. L'enquête judiciaire, elle, se poursuit. 

C'est donc une bonne nouvelle pour les éleveurs, mais les deux mois de fermeture vont entraîner des pertes d'environ 400 000 euros d'après le maire de la ville Max Roustan. 

Un comité d'éthique a également été désigné pour surveiller les conditions d'abattage dans l'établissement. 

Le maire Max Roustan

 L'enquête judiciaire se poursuit mais on estime que c'est toute une filière qui a été salie.

Luc Hincelin, éleveur à Lussan

Satisfaction de la filière notamment ovine que l'abattoir d'Alès rouvre après près de deux mois de portes closes. Un redémarrage acté par l'état. Sous couvert, dans les semaines qui viennent, de la création d'un comité d'éthique pour surveiller les pratiques d'abattage.

Le prèsident de la commission élevage Chambre d'agriculture