Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - L'abattoir de Blancafort dans le Cher épinglé par la préfecture et L214 pour maltraitance animale

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry, France Bleu

L'abattoir de Blancafort dans le Cher est pointé du doigt conjointement par L214 et la préfecture pour ses pratiques envers les animaux. Suite à une inspection la semaine dernière, la préfecture annonce ce mercredi soir avoir suspendu provisoirement l'agrément de l'établissement.

Un abattoir de volailles
Un abattoir de volailles © Maxppp - Marc Ollivier

Les abattoirs de Blancafort, dans le Cher, ont été épinglés à leur tour par l'association de défense des animaux L214. Dans une vidéo publiée ce mercredi soir sur Youtube, le rappeur Gringe présente des images tournées par un employé de l'abattoir à l'intérieur de l'établissement. "Chaque jour, 15 000 dindes sont tuées dans cet abattoir", explique Gringe. Elles sont "notamment commercialisées sous la marque Le Gaulois". Sur les images : des dindes entassées dans des caisses jusqu'à l'étouffement et plusieurs violations de la réglementation. L'association appelle à fermer cet abattoir "hors la loi".

Quelques heures avant le mise en ligne de la vidéo, la préfecture du Cher a décidé d'agir en suspendant l'agrément sanitaire de l'établissement. Elle a demandé aux services vétérinaires et au ministère de l’Agriculture la fermeture de cet abattoir. 

48 heures pour une mise en conformité

Les manquements avaient déjà été pointés par la préfecture elle-même, d'abord auprès d'un transporteur de volailles en octobre dernier, puis auprès de l'abattoir lui-même, dans un rapport publié ce mercredi à la suite d'une inspection le 11 décembre. 

Les services de l'Etat ont constaté "plusieurs non-conformités majeures montrant que l'abattoir est en perte de maîtrise sur le plan de la protection animale." A partir de cette notification, la direction de l'abattoir a 48 heures pour mettre en place en urgence des mesures correctrices et pour présenter un plan d’action global de réformes structurelles pour le respect de la protection animale. 

Si ces mesures ne sont pas satisfaisantes, une procédure plus contraignante sera engagée, comme cela avait été le cas pour l'abattoir de Lacs près de La Châtre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess