Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

L'abattoir de Montdidier dans la Somme placé en liquidation judiciaire

mercredi 30 janvier 2019 à 16:11 Par François Sauvestre, France Bleu Picardie

Le tribunal de commerce d'Amiens place l'abattoir de Montdidier en liquidation judiciaire. L'entreprise de 23 salariés avait déjà été condamnée pour des manquements aux règles d'hygiène. La préfecture avait lancé récemment un ultimatum pour une reprise restée donc sans succès.

Photot d'illustration : l'abattoir de Montdidier employait une vingtaine de salariés
Photot d'illustration : l'abattoir de Montdidier employait une vingtaine de salariés © Maxppp - Maxppp

Montdidier, France

L'abattoir de Montdidier, le seul encore en activité dans la Somme va fermer. Le tribunal de commerce d'Amiens a placé, ce mercredi l'établissement en liquidation judiciaire. L'abattoir, qui employait 23 salariés n'était plus aux normes et avait même été condamné à plusieurs reprises par la justice pour des manquements aux règles d'hygiène

Pas de projet sérieux de reprise

Dans ces conditions, la préfecture de la Somme qui a longtemps espéré la construction d'un nouvel abattoir avait lancé en décembre un ultimatum pour la reprise de celui de Montdidier. La date butoir était fixée au 31 janvier. Le tribunal de commerce vient donc de clore définitivement le dossier.

Plusieurs projets de reprise avaient pourtant été évoqués, deux entreprises de Picardie s'étaient positionnées mais n'ont pas été jugées assez solides selon une source qui a suivi le dossier. 

Les difficultés financières ont débuté en 2013 lors d'un incendie qui a contraint l'abattoir à fermer pendant deux mois. Une partie de la clientèle est alors partie vers la concurrence. A partir de là, le chiffre d'affaire diminue et le gérant se dit incapable d'investir pour les mises aux normes réclamées par les services vétérinaires. Les bâtiments sont vétustes, les eaux usées sont mal évacuées. Conséquence, en 2016, l'établissement perd l'agrément qui l'autorise à abattre des ovins, même chose récemment pour les porcelets.