Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Devant les Assises de la Creuse, il reconnaît avoir violé trois enfants

lundi 28 janvier 2019 à 20:20 Par Fabien Arnet, France Bleu Creuse et France Bleu

Jusqu'à mercredi, les Assises de la Creuse jugent un homme 23 ans, accusé d'avoir violé 3 garçons, âgé de 6 à 14 ans au moment des faits en 2016 à Azérables. Comme il l'avait fait lors de l'enquête, Nicolas D. reconnaît les viols, mais nuance les propos de ses victimes.

Nicolas D. (à droite) derrière son avocate, Emilie Bonnin--Bérard
Nicolas D. (à droite) derrière son avocate, Emilie Bonnin--Bérard © Radio France - Fabien Arnet

Guéret

Au 2ème jour de son procès, devant les Assises de la Creuse, Nicolas D. prend la parole en fin d'audience. Il reconnait les viols, mais nuance les propos de ses victimes, trois garçons de 6, 11 et 14 ans à l'époque des faits, en 2016.

Les trois victimes se sont retrouvé là, à Azérables, dans une exploitation agricole agréée par les services sociaux pour accueillir des enfants placés. C'est dans cette ferme que travaillait  Nicolas D., 20 ans à l'époque, après avoir lui-même été placé durant des années, après avoir subi des attouchements sexuels.

Hier, les jurés ont découvert les témoignages des 3 victimes . il s’agit de témoignages vidéo, pour la plupart enregistrés lors des auditions, quelques jours voire quelques mois après les faits.

Nicolas D. a-t-il menacé ses jeunes victimes avec un couteau ?

La victime la plus jeune avait 6 ans. « Nicolas m’a fait l’amour ». L’enfant décrit avec ses mots un voire deux viols, difficile de faire le tri dans les faits qu'il étale devant les enquêteurs. Il explique en tout cas que l’accusé l’a forcé, le menaçant avec un couteau.

Les deux autres victimes, 2 frères âgés à l'époque de 11 et 14 ans, décrivent à leur tour les pénétrations répétées, les fellations forcées. Eux aussi disent avoir été menacés avec un couteau, pour se soumettre, puis pour garder le silence. Aujourd’hui, ils en gardent de graves séquelles psychologiques. "J'espère qu'un psychothérapeute saura trouver les mots", explique Anthony, le père des 2 garçons, "qu'il saura attraper la corde pour le faire remonter... sinon je ne vois pas comment il peut remonter."

L’accusé, qui avait tout de suite reconnu les faits, a de nouveau reconnu les viols hier à l’audience… avec des nuances. Ses victimes ont, elles aussi, eu des désirs... c'est c'est en tout cas ce qu'il soutient.

Il y a un point sur lequel il ne transige pas : jamais il n’a contraint ses victimes avec un couteau.

Nicolas D. encourt 20 ans de réclusion criminelle.