Faits divers – Justice

L'adolescent auteur supposé du viol de Vergèze a été écroué

Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère et France Bleu lundi 28 mars 2016 à 16:16

Le tribunal de Grande Instance de Nîmes
Le tribunal de Grande Instance de Nîmes © Radio France - Ludovic Labastrou

L'adolescent de 15 ans, soupçonné d'avoir violé une joggeuse de 33 ans le 1er mars, a été mis en examen pour viol aggravé et écroué. Ce collégien scolarisé en 3 é a été interpellé par la section de recherche de la gendarmerie du Gard. Il a été confondu par son ADN retrouvé sur sa victime.

L'adolescent de 15 ans, soupçonné d'avoir violé une femme de 33 ans qui faisait son jogging à Vergèze, le 1 er mars dernier, a été mis en examen pour viol aggravé. Aggravé parce qu’il a menacé d'un couteau la jeune femme. Un couteau qu'il explique avoir trouvé récemment. Ce collégien en 3 é  et vivant à Vergèze a été interpellé en fin de semaine dernière par la section de recherche de la gendarmerie de Nîmes. Il a été  confondu par son ADN prélevé sur la victime.

Il a été a été placé en détention provisoire.

Les faits

Un adolescent sans souci, qui fréquente habituellement le parcours de santé de Vergèze. Son terrible geste ? Des flashs, une pulsion sans doute, explique-t-il devant le juge d’instruction, il n’en dira pas plus. Le 1 er mars, il croise puis suit la mère de famille âgée de 33 ans, avant de la frapper à la tête avec une bouteille. Étourdie, il la traîne dans les buissons et sous la menace d’un couteau la viole. Une violence terrible reconnue mais qu’il n’explique pas. Sans doute les troubles liés à son hyperactivité suivie par un psychologue mais qui jamais ne se traduite par des violences autres que celle qu’on lui reproche. Le collégien de 3 é encourt une peine de 20 ans de prison mais en raison de l’excuse de minorité, la peine devrait être divisée par deux.

Je ne peux l'expliquer, j'ai juste des flashes

Les faits d'une rare violence se sont déroulés le 1 er mars dernier. Et le jeune homme qui vient à peine de fêter son quinzième anniversaire a bien du mal à les expliquer.

Véronique Compan, procureure-adjointe

Cette affaire de Vergèze a mobilisé Huit enquêteurs à plein temps au sein d'une cellule dédié dite "Joggeuse 30". Trois semaines d’enquête et un suspect confondu par son ADN. Un travail remarquable.

Laure Beccuau, procureure de la République

Les enquêteurs autour de la procureure, Laure Beccuau - Fotolia
Les enquêteurs autour de la procureure, Laure Beccuau © Fotolia - Ludovic Labastrou

Dans ce genre d’enquête, c'est évidement la rapidité de la réaction qui prime. Au départ, les enquêteurs de la section de recherche de la gendarmerie de Nîmes n'ont aucun témoignage pas plus d'indice. Crime de rôdeur ? D'un automobiliste venu de l'autoroute toute proche ? En à peine 3 semaines, ils ont pu remonter jusqu'au jeune homme, à peine âgé de 14 ans au moment des faits.

François Deligny chef de la section de recherche de Nîmes

L’adolescent a été placé en détention provisoire jusqu'à sa présentation au juge des libertés ce mercredi. Vu son état de santé mentale mais surtout son jeune âge, ce dernier devrait décider soit de son placement dans une structure spécialisée soit en maison d’arrêt.