Faits divers – Justice

L'adolescente de Saint-Paulet-de-Caisson placée en foyer spécialisé

Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère mercredi 26 octobre 2016 à 19:16

Le tribunal de Grande Instance de Nîmes
Le tribunal de Grande Instance de Nîmes © Radio France - Ludovic Labastrou

L'adolescente de Saint-Paulet-de-Caisson (Gard) qui a poignardé son père à l'abdomen a été placée dans un foyer pour mineurs délinquants. Une information judiciaire a été ouverte pour "tentative de meurtre sur ascendant". La mineure encourt jusqu'à 20 années de réclusion.

L'adolescente de Saint-Paulet-de-Caisson qui a poignardé son père en début de semaine a été placée dans un foyer pour mineurs délinquants de l’Hérault. Une information judiciaire pour "tentative de meurtre sur ascendant" a été ouverte. La mineure âgée de quinze ans encourt une peine de 20 années d'emprisonnement.

Dans un contexte familial lourd, père et fille ont présenté devant la justice des versions totalement contradictoire.

Des versions contradictoires

Pour expliquer son geste, heureusement sans conséquence fatale, l'adolescente parle de maltraitances verbale et physique de la part de son père. Par peur d'être frappée, elle lui aurait porté un coup de couteau à l'abdomen pour un motif bien futile. L’aînée et sa jeune sœur se disputaient pour un programme à la télévision. Le père aurait tranché en faveur de la plus jeune, ce qui aurait déclenché la colère de son aînée.

Le père nie ce contexte de violence intrafamiliale et affirme qu'avant les faits, sa fille aurait déjà tenté de lui porter plusieurs coups de cutter. Rien, à ce stade ne contredit cette version.

Une adolescente impulsive et dangereuse

De plus, une expertise médico-légale commanditée par le parquet n'a pas démontré de traces de violences récentes ou anciennes

Et l'examen psychiatrique de la jeune fille a mis au jour une impulsivité et une dangerosité au delà de la normale. De quoi, d'ailleurs, justifier un mandat de dépôt que n'a pas obtenu le parquet au profit d'un placement dans un foyer pour mineur délinquant.

Le récit de Ludovic Labastrou

Patrick Bottero, vice-procureur au TGI de Nîmes - Radio France
Patrick Bottero, vice-procureur au TGI de Nîmes © Radio France - Ludovic Labastrou

Patrick Bottero, Vice-procureur de Nîmes

Partager sur :