Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'affaire de la Tour Odéon à Monaco, vaste affaire de corruption présumée, rejugée en appel

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Le procès en appel de l'affaire de la "Tour Odéon", s'ouvre ce lundi en correctionnelle à Aix-en-Provence. Une affaire de corruption présumée dans laquelle, en première instance au mois de janvier 2017, la relaxe générale avait été prononcée pour les principaux prévenus du dossier.

Un présumé "pacte de corruption" aurait été mis en oeuvre fin 2009 pour construire la Tour Odéon à Monaco.
Un présumé "pacte de corruption" aurait été mis en oeuvre fin 2009 pour construire la Tour Odéon à Monaco. © Maxppp - SEBASTIEN NOGIER

C'est une vaste affaire de corruption présumée qui avait éclaboussé la Côte d’Azur mêlant des personnalités politiques, des entrepreneurs, des promoteurs... Les principaux prévenus du volet concernant la construction de cette tour, le maire de Beausoleil Gérard Spinelli,  les promoteurs monégasques Claudio et Paolo Marzocco, et un homme d'affaires italo-monégasque, Lino Alberti avaient été relaxés le 25 janvier 2017 en première instance. 

Le Parquet de Marseille a fait appel du jugement et donc tous seront rejugés pour une vaste affaire de fraude, blanchiment, et un présumé "pacte de corruption" mis en oeuvre fin 2009  afin de construire ce luxueux gratte-ciel à Monaco, la Tour Odéon, l'un des plus gros projets immobiliers de la principauté : 170 mètres de haut, avec à son sommet l'appartement le plus cher au monde.

Un combat judiciaire de près de neuf ans pour le maire de Beausoleil

Parmi les prévenus, Gérard Spinelli, le maire de Beausoleil avait été innocenté en première instance et s'était dit "soulagé". Il avait pourtant joué son fauteuil de maire, le procureur avait requis contre l'élu deux ans de prison avec sursis et trois ans d'inéligibilité. Suite à l'appel du parquet de Marseille, le combat judiciaire reprend pour l'élu qui ne souhaite pas s'exprimer avant ce procès en appel mais continue d'affirmer son innocence par la voix de ses avocats. "Il n'a jamais fait partie d'un pacte de corruption, n'a jamais reçu d'argent pour encourager la construction de cette tour, qui jouxte sa commune", déclaremaître Jean-Marc Szepetowski, l'un de ses avocats qui décrit un homme "très marqué par toutes ces années de procédures." Un combat qui lui a valu de passer par la case prison pendant trois mois en 2010.

L' avocat de Lino Alberti le dit "exténué" 

Maître Franck de Vita défend l'homme d'affaires Lino Alberti. Cet ex-entrepreneur italo-monégasque avait lui aussi été relaxé en première instance des faits de corruption. Il est soupçonné d'avoir joué l'intermédiaire entre les promoteurs monégasques et le maire de Beausoleil pour que l'élu ne s'oppose pas à la construction de la tour, en lui versant 65 000 euros en liquide. Son avocat le dit "exténué et terriblement affecté par un parcours judiciaire interminable de neuf ans. Mais mon client aborde ce nouveau procès sereinement, au vu du premier jugement rendu par le tribunal correctionnel de Marseille, impeccablement motivé". Le procès pourrait durer jusqu'à mercredi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess