Faits divers – Justice

L'affaire des "horodateurs" à l'ordre du jour du conseil municipal de Dijon ce lundi soir

Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne et France Bleu lundi 26 septembre 2016 à 6:00

L'affaire des "horodateurs" à l'ordre du jour du conseil municipal à Dijon ce lundi soir
L'affaire des "horodateurs" à l'ordre du jour du conseil municipal à Dijon ce lundi soir © Radio France - Stéphanie Perenon

C'est le point 21 du conseil municipal de Dijon ce lundi soir. L'affaire des horodateurs et de leur détournement doit être abordée par les élus. Une affaire qui a été jugée en première instance l'été dernier mais qui repasse devant la cour d'appel à la fin du mois de septembre.

C'est à l'ordre du jour du conseil municipal de ce lundi soir à Dijon : le détournement par abus de confiance des caisses des horodateurs de la ville de Dijon et de la prochaine comparution à l'audience du 28 septembre devant la cour d'appel de Dijon. Si la ville n'a pas souhaité faire de commentaires avant la tenue des débats, il semble logique qu'elle informe les élus et ses administrés du retour de l'affaire devant la justice. D'autant que les sommes détournées à l'époque, entre 2010 et 2013, sont loin d'être négligeables, 146.000 euros !

146 000 euros ont été détournés dans cette affaire des horodateurs

Dans cette affaire, deux des cinq agents condamnés ont fait appel, l'un d'entre eux est défendu par Maître Fabien Kovac. Ce dernier va plaider à nouveau la relaxe pour son client, qui a toujours clamé son innocence depuis le début. Ce dernier a été condamné à 12 mois de prison avec sursis en première instance. Il travaille toujours à la ville. Une situation qui est difficile à vivre dit son avocat : "Mon client plaide haut et fort son innocence, il a été mis en cause dans ce dossier par ceux qui relevaient les horodateurs mais à aucun moment il n'a pu être démontré, et c'est contesté par lui, qu'il a participé activement à cet abus de confiance, puisque c'est ainsi que c'est qualifié. Il ne faut pas publier que pour mon client, on est sur des faits qui se sont déroulés avant 2011, c'est-à-dire que nous sommes à plus de cinq ans après les faits reprochés. Il se battra par mon intermédiaire devant la cour d’appel et nous avons bon espoir que justice soit faite, et qu'ainsi il puisse conserver son emploi au sein de la mairie de de Dijon mais c'est vrai que vivre avec ça depuis cinq ans au-dessus de la tête c’est compliqué."

Maïtre Fabien Kovac, avocat au barreau de Dijon

En première instance, le tribunal avait jugé irrecevable la constitution de partie civile de la ville de Dijon. La ville devrait donc assister en simple spectateur à l'audience devant la cour d'appel de Dijon.

Une affaire qui sera donc au programme du Conseil municipal de Dijon, ce lundi 26 septembre à partir de 18h30 salle de Flore.