Faits divers – Justice

L'affaire des horodateurs à nouveau devant la justice à Dijon

Par Marion Bargiacchi et Soizic Bour, France Bleu Bourgogne mercredi 28 septembre 2016 à 18:57

La mairie estime le préjudice à 150.000 euros.
La mairie estime le préjudice à 150.000 euros. © Radio France - Marion Bargiacchi

150 000 euros en pièces et en billets détournés par des agents municipaux dans des horodateurs de la ville de Dijon. L'affaire, jugée depuis près de trois ans et demi, est de retour devant la justice devant la Cour d'Appel de Dijon.

Cinq agents étaient jugés au tribunal à l'été 2015, deux d'entre eux ont fait appel de leur condamnation, ils clament leur innocence depuis le début. Ils disent avoir bien perçu de grosses sommes d'argent, mais celles-ci proviendraient de paris sportifs, de vente et revente de cartes de collection et non pas du système de vol de pièces dans les horodateurs dijonnais. La ville de Dijon n'a pas pu se constituer partie civile. La cour rendra son arrêt le 27 octobre prochain.

"Le flair n'est pas une preuve"

Deux prévenus ont donc souhaité faire appel et les avocats de la défense ont plaidé la relaxe pour leurs deux clients. Et si ils affirment que les prévenus ont eu accès à de grosses sommes d'argent, c'est grâce à des paris sportifs et à de la vente ou la revente de carte rare "Magic", pour les collectionneurs, et que cet argent ne provenait pas du système de vols dans des parcmètres de la ville de Dijon.

La défense charge plutôt la mairie de Dijon, qui n'a pas été très claire selon eux sur le montant exact des sommes détournées. Maître Fabien Kovac, qui défend un des prévenus, dénonce "le procès d'un fiasco" et Maître Geoffrey Burnier, le second avocat de la défense, estime que le dossier ne repose que sur des impressions et des suspicions. "Pour moi, le flair n'est pas une preuve, et dans ce dossier, il n'y a tout simplement pas de preuves".  

Maître Fabien Kovac, l'un des avocats de la défense.

Partager sur :