Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Stéphane Dieterich

L’affaire Stéphane Dieterich jugée en janvier à la cour d’assises du Territoire de Belfort à Vesoul

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

25 ans après les faits, le procès du meurtrier présumé de Stéphane Dieterich aura lieu du 14 au 18 Janvier devant la cour d'assises de Haute-Saône et du Territoire de Belfort à Vesoul. Le corps de cet étudiant belfortain de 24 ans avait été retrouvé poignardé dans la forêt de Cravanche

Stéphane Dieterich
Stéphane Dieterich © Maxppp - maxppp

Belfort, France

C'est la fin d’une très longue attente pour la famille et les amis de Stéphane Dieterich. Christophe Blind, le meurtrier présumé de cet étudiant belfortain retrouvé mort, lardé de 11 coups de couteau dans la forêt de Cravanche le 5 juillet 1994, sera jugé du 14 au 18 janvier par la cour d’assises de Haute-Saône et du Territoire de Belfort à Vesoul. 

Une affaire hors norme confirme Pascal Chevillot, journaliste à l’Est Républicain, et spécialiste police justice : « c’est en effet une affaire hors norme déjà par la longueur de la procédure, par ses multiples rebondissements, mais aussi parce que l’enquête a été au départ un peu bâclée. Les policiers sont partis sur de mauvaises hypothèses comme par exemple de dire que le corps avait été déplacé et que la mort n’avait pas eu lieu au bois-joli. Or il s’avère que la mort a bien eu lieu à cet endroit »

La fausse piste des forains

Dès le début de l’enquête, les policiers se focalisent sur le témoignage d’une foraine qui affirme avoir entendu des cris la nuit du drame, et avoir vu des forains se promener avec des couteaux et partir dans le bois du fort Hatry. « Il s’agira finalement d’une fausse piste puisque quelques jours plus tard, la foraine reviendra sur ses déclarations devant le juge d’instruction » précise Pascal Chevillot.

La scène de crime où le corps de Stéphane Dieterich a été retrouvé - Maxppp
La scène de crime où le corps de Stéphane Dieterich a été retrouvé © Maxppp - maxppp

Les aveux de Christophe Blind

Pendant des années, l’enquête va piétiner jusqu'à ce coup de tonnerre. Le 15 décembre 2015, plus de 21 ans après les faits, un homme passe aux aveux. Il s'agit de Christophe Blind, aujourd’hui âgé de 49 ans, et qui était le meilleur ami de Stéphane Dieterich. « Ces aveux c’est un vrai tournant » affirme Pascal Chevillot. 

«Finalement l’hypothèse la plus simple était la plus réaliste, c’est-à-dire l’ami qui soi-disant avait amené Stéphane Dieterich à la fête foraine et l’avait laissé là-bas avec une somme de 500 francs. Lors de son audition à l’époque des faits, Christophe Blind avait expliqué qu’il avait abandonné son ami pour régler des petits problèmes avant de partir en vacances le lendemain »

21 ans plus tard, il expliquera devant les enquêteurs du SRPJ de Besançon qu'il ne supportait plus le poids de son silence, et qu'il tenait à soulager sa conscience.

Le combat incessant de Sylvain Dieterich pour connaître la vérité

Pour les proches et les amis de Stéphane Dieterich, ce procès aux assises sera donc la fin d’une très longue attente, et notamment pour Sylvain, le frère de la victime, qui s’est battu pour que cette affaire ne soit pas classée sans suite. 

«Beaucoup de choses ont été faites grâce à Sylvain» reconnaît Pascal Chevillot. «Il d’abord créé une association baptisée les amis de Stéphane Dieterich, il multiplie également les émissions de télévision pour parler de ce dossier, il a même rencontré personnellement des conseillers de trois Présidents de la République, _Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande_, mais aussi des gardes des Sceaux pour que l’affaire aille à son terme". 

Reste la question du mobile qui demeure encore flou. Ce sera toute la question de ce procès qui se tiendra donc du 14 au 18 janvier prochain devant la cour d’assises de Haute-Saône et du Territoire de Belfort à Vesoul.