Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'Afpa participe à créer un nouveau métier : ouvrier du génie écologique

-
Par , France Bleu Provence

C’est un métier qui n’existe pas encore : ouvrier du génie écologique. Et pourtant il y a déjà près de 7.000 besoins d’embauches. Une formation est proposée par l’Afpa à Marseille le 23 septembre.

Afpa et Agir Ecologique
Afpa et Agir Ecologique © Radio France - Fabrice Marion

Six-Fours-les-Plages, France

Rencontre avec l’entreprise Agir Écologique qui mène un vaste chantier de restauration de l’écosystème sur l’île du Grand Rouveau qui appartient à l’Observatoire du littoral et qui est géré par la ville de Six-Fours. L’entreprise nettoie les "griffes de sorcières" qui envahissent le lieu et dératise l’île. Le reportage de Christelle Marques :

Incubateur d'Ouvrier du Génie Ecologique

Vincent Rivière, Eric Pradines, Christelle Marques, Frédéric Delmonte - Radio France
Vincent Rivière, Eric Pradines, Christelle Marques, Frédéric Delmonte © Radio France - Fabrice MARION

L’entreprise Agir Écologique ne trouve pas de main-d’œuvre qualifiée. Le profil du travail demande plusieurs compétences. Vincent Rivière, directeur de l’entreprise Agir Écologique décrit l’activité au micro de Christelle Marques. 

Vincent Rivière Agir Ecologique

"Sur cette île, nous avons besoin de personnes avec des compétences spécifiques. L’intervention sur les falaises nécessite ainsi des compétences particulières pour arracher les griffes de sorcières. La première chose que nous demandons aux personnes qui doivent participer à ce chantier, c’est de savoir déterminer l’espace que nous devons éradiquer. Il faut bien sûr faire la différence avec les espèces protégées que l’on ne doit pas arracher. 

"D’autant que, une fois libérés de la "griffe de sorcière", ces bosquets que nous laissons vivre se développent à nouveau. (…) Les compétences attendues pour ce type de chantier, c’est déjà d’être capable de se repérer sur une carte, travailler en équipe, intervenir sur des secteurs accidentés et faire des bilans quotidiens de leurs interventions." 

6.000 à 7.000 postes équivalents ont été identifiés dans le domaine de l’environnement dans les années à venir.