Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'agglomération de Grand Cognac touchée par une importante attaque informatique

-
Par , France Bleu La Rochelle

Des pirates informatiques ont attaqué, il y a une dizaine de jours, un ordinateur de la communauté d'agglomération du Grand Cognac, avant que le virus ne se propage à d'autres. De très nombreux fichiers ont été cryptés et sont désormais inutilisables.

Les gendarmes spécialisés vont s'emparer du sujet.
Les gendarmes spécialisés vont s'emparer du sujet. © Maxppp - Maxppp

Cognac, France

L'information a été révélée ce mardi par La Charente Libre, mais l'attaque date du samedi 12 octobre. Cette nuit là, des pirates ont, à distance, pénétré un ordinateur du siège de Grand Cognac agglomération. Le virus s'est ensuite propagé à d'autres machines, cryptant au passage de très nombreux fichiers, désormais irrécupérables. "Un scénario catastrophe", pour le président du Grand Cognac, Jérôme Sourisseau. Un système d'attaque qui n'est pas nouveau : en 2017, un virus, baptisé Wannacry, avait touché 200 000 personnes dans 150 pays. 

La plupart du temps, ces attaques s'accompagnent d'une demande de rançon, contre laquelle les pirates promettent de restituer les données. Mais là, ils se sont contentés d'envoyer un mail demandant au Grand Cognac de se mettre en contact avec eux, sans davantage d'informations. 

Lundi 14 octobre, c'est d'abord une une impossibilité d'envoyer des mails qui alerte les personnels, qui pensent au début à un simple problème de réseau. Mais, devant la gravité de la situation, le Grand Cognac dépose plainte mercredi au commissariat de police de la ville. Les policiers vont aussi travailler avec les gendarmes charentais, qui disposent d'une cellule spéciale. 

Des salariés invités à prendre des congés 

La plupart des fichiers détruits, les ordinateurs vérifiés par des experts, impossible de travailler la semaine dernière pour une bonne partie des 500 salariés du Grand Cognac. Ils ont été invités, pour ceux qui le peuvent, à poser des vacances. A leur retour, lundi, seuls 20 ordinateurs ont été restituées et sont en état de marche. Ils reviennent au compte-goutte, puisque ce mercredi, 40 postes, contre 400 habituellement, devraient être utilisables.  "Les choses se remettent en place, constate Jérôme Sourisseau. Tous les ordinateurs devraient être disponibles le 30 octobre, les boîtes mails ont été remises en route lundi soir".  

Les données du Grand Cognac étant stockées sur deux serveurs, certaines données ont été épargnées : les outils géographiques, comme les cartes, les données financières et de ressources humaines. Tous les salariés pourront donc être payés à la fin du mois. 

D'autres ont été perdues mais pourront être retrouvées : c'est le cas des marchés publics, qui sont stockées au Département, des fichiers concernant l'urbanisme, dont les mairies ont des copies, ou encore de nombreux documents administratifs et financiers, qui avaient été transmis à la Chambre régionale des comptes pour un audit. Ou encore de tous les documents qui avaient été envoyés par mail, ou stockés sur des clés USB.

Parfois dix ans de travail de certains collaborateurs qui partent en fumée

"Mais on ne récupérera pas tout", se désole Jérôme Sourisseau. Ce sont les documents de travail qui sont perdus, à priori définitivement. Tous ceux qui en étaient au stade de projets, stockés sur l'intranet. Mais aussi les fichiers permettant l'organisation du travail, comme les tableaux de bord ou les plannings... "Tout le monde a, un jour, perdu un document sur lequel il avait passé une heure et demie à cause d'une panne de courant ou d'une mauvaise manipulation. Mais là, ce sont parfois dix ans de travail de certains collaborateurs qui partent en fumée", conclut le président. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu