Faits divers – Justice

L'agresseur du petit Luca à Joeuf souffre de troubles psychiatriques selon le procureur

Par Cécile Soulé et Clément Lhuillier, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu vendredi 16 octobre 2015 à 12:44 Mis à jour le vendredi 16 octobre 2015 à 18:00

Après l'agression, l'enfant a été héliporté vers l'hôpital de Nancy.
Après l'agression, l'enfant a été héliporté vers l'hôpital de Nancy. © Maxppp

Après la violente agression au couteau d'un enfant à Joeuf jeudi 15 octobre, l'agresseur n'explique toujours pas son geste. L'homme souffre de troubles psychiatriques, selon le procureur de Briey qui s'est exprimé vendredi. Une marche silencieuse pour le petit Luca aura lieu dimanche.

Après la violente agression au couteau d'un enfant à Joeuf, le geste est toujours inexpliqué. Jeudi 15 octobre dans l'après-midi, en pleine rue, le petit Luca, 7 ans, a reçu plusieurs coups de couteau en pleine poitrine. C'est un homme de 30 ans qui s'est jeté sur lui et l'a gravement blessé. L'homme, qui habite Joeuf également, a pris la fuite mais s'est rendu peu après à la police. Le procureur de la République a précisé ce vendredi 16 octobre les circonstances du drame. 

Troubles psychiatriques

L'agresseur a porté sept coups de couteau à l'enfant. Il a un profil psychologique particulier : l'homme, sans emploi, qui vit au domicile de chez ses parents, souffre de troubles psychiatriques. Il refuse de s'expliquer auprès des enquêteurs. Pour le procureur, même si son jugement a été altéré, cela ne veut pas dire qu'il est pénalement irresponsable. L'homme devrait donc pouvoir être jugé. Sa garde à vue a pris fin ce vendredi en fin de matinée. Le parquet de Briey va maintenant se dessaisir du dossier au profit du parquet de Nancy. Une information judiciaire va être ouverte pour tentative d'homicide aggravée. L'homme encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Le point sur l'enquête, avec Clément Lhuillier de France Bleu Lorraine

Le petit Luca, lui, est toujours hospitalisé à Nancy dans un état grave mais stationnaire.

 Incompréhension,  colère et  désarrois"

"C'est l'incompréhension, la colère et le désarrois dit André Corzani, le maire de Joeuf.**** Ce geste, s'il n'est pas compréhensible, il n'en reste pas moins insupportable. On a touché à ce qui paraissait intouchable, à la vie d'un enfant." Dans Joeuf, l'agression de Luca est dans toutes les conversations, particulièrement dans le quartier où s'est déroulé l'agression. Charlène, une voisine de l'auteur des coups de couteau, est encore sous le choc : "Cet homme, c'était un fantôme, on ne le voyait jamais. Et Luca, c'était un enfant comme les autres, qui jouait avec les miens au pied de l'immeuble." Des enfants qui sont particulièrement affectés : "ils ont tout vu : le couteau, le sang, l'hélicoptère, la police... c'est beaucoup pour eux. Ils ont beaucoup pleuré hier soir."_ Dans l'école où est scolarisé Luca, une psychologue est intervenu auprès de ses camarades, et le maire a invité enseignants et parents d'élèves à une réunion après la classe. 

A l'initiative d'André Corzani, une marche silencieuse pour l'enfant sera organisée ce dimanche 18 octobre à Joeuf à 11h, au départ de la place de l'hôtel de ville.

Le maire de Joeuf, André Corzani interrogé par Clément Lhuillier

Le quartier où a eu lieu l'agression de l'enfant à Joeuf - Radio France
Le quartier où a eu lieu l'agression de l'enfant à Joeuf © Radio France - Johanne Burgell