Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'agresseur de Nathalie Kosciusko-Morizet condamné à trois mois de prison avec sursis

jeudi 7 septembre 2017 à 14:05 Par Eric Turpin, France Bleu Paris, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Vincent Debraize, maire de Champignolles dans l’Eure a été condamné jeudi à trois mois de prison avec sursis et 1 000 euros d'amende pour avoir agressé Nathalie Kosciusko-Morizet sur un marché parisien le 15 juin dernier.

Vincent Debraize, maire de Champignolles lors de son procès à Paris le 11 juillet 2017.
Vincent Debraize, maire de Champignolles lors de son procès à Paris le 11 juillet 2017. © Maxppp - Léon Tanguy

Trois mois de prison avec sursis et 1.000 euros d'amende. C'est la peine prononcée jeudi par le tribunal de grande instance de Paris à l'encontre de Vincent Debraize, maire de Champignolles dans l’Eure pour avoir agressé Nathalie Kosciusko-Morizet sur un marché parisien le 15 juin dernier.

L'élu est condamné à une peine moins sévère que celle réclamée lors de son procès le 11 juillet dernier. Le procureur avait demandé quatre mois de prison avec sursis et 1.500 euros d'amende.

Une attitude contraire à la démocratie

Nathalie Kosciusko-Morizet avait été prise à partie par Vincent Debraize alors qu'elle distribuait des tracts sur le marché de la place Maubert dans le 5e arrondissement de Paris, à trois jours du second tour des élections législatives. L'ancienne ministre avait fait une chute et perdu connaissance. Elle avait avait été brièvement hospitalisée.

Lors du procès le 11 juillet, les avocats du maire de Champignolles avaient plaidé la relaxe de leur client, qui a toujours nié avoir exercé des violences à l'encontre de l'ancienne députée de l'Essonne.

De son côté, Me Jean-Yves Dupeux, l'avocat de Nathalie Kosciusco-Morizet, s'est félicité ce jeudi de cette décision de justice qui "sanctionne une attitude totalement contraire à la démocratie".