Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo France maintient 13 départements en vigilance rouge canicule, les orages arrivent par l'ouest
Dossier : L'affaire Marin

L'agresseur du jeune Marin va rester en prison

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

La cour d'appel de Lyon a refusé ce mercredi après-midi la demande de mise en liberté du jeune homme détenu à Roanne. Il avait violemment agressé Marin Sauvageon en novembre 2016, alors que Marin prenait le défense d’un couple qui s‘embrassait devant la gare de Part Dieu à Lyon.

Marin et sa maman Audrey durant le procès à Lyon
Marin et sa maman Audrey durant le procès à Lyon © Radio France - Yves Renaud

Il avait été condamné en mai 2018 à sept ans et demi de prison, peine réduite, puisqu’il était mineur au moment des faits. Et c'est peut-être l’un des arguments retenu par les juges pour le maintenir en détention. La famille de Marin trouvait prématurée cette demande de mise en liberté, deux ans seulement après la condamnation. Même s'il faut tenir en compte de la période préventive de détention avant la session d’assises.

Il a purgé aujourd’hui la moitié de sa peine.  Son avocate, maître Anne Guillemaut, estime également que les juges ont trouvé son projet de réinsertion professionnelle insuffisant et ont sans doute aussi tenu compte de l’état de santé de Marin qui reste très affecté par ses lésions cérébrales. Vision partagée par maître Dominique Arcadio, l'avocat de Marin qui évoque, lui, le handicap de la victime, la gravité de ses blessures et la façon dont sa famille vit ce calvaire depuis l'agression. L'avocate du détenu âgé de 21 ans ne désarme pas. Elle devrait déposer bientôt une nouvelle demande de mise en liberté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess