Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Agression du maire de Saint-Alban-les-Eaux : procès renvoyé, le prévenu reste en détention provisoire

Le procès de l'agresseur présumé du maire de Saint-Alban-Les-Eaux, prévu ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Roanne, est renvoyé au 18 septembre. D'ici là, le trentenaire soupçonné d'avoir frappé Pierre Devedeux le 15 août dernier, reste en détention provisoire.

Le procès aura lieu le mercredi 18 septembre 2019 (image d'illustration)
Le procès aura lieu le mercredi 18 septembre 2019 (image d'illustration) © Maxppp - Claude Essertel

Roanne, France

L'agresseur présumé du maire de Saint-Alban-Les-Eaux sera jugé le 18 septembre 2019. Le trentenaire devait être jugé en comparution immédiate, ce mercredi après-midi, devant le tribunal correctionnel de Roanne. Mais son avocate a demandé un renvoi, afin de mieux préparer sa défense. Une demande entendue par le tribunal, qui a renvoyé le procès.

D'ici au 18 septembre, le prévenu restera en détention provisoire. En cela, le tribunal a suivi la requête de la procureure. La présidente du tribunal motive sa décision en raison du comportement violent du prévenu qui a déjà un casier judiciaire ; elle explique vouloir éviter un renouvellement de l'infraction mais également éviter que le mis en cause ne fasse pression sur les témoins.

Le 15 août dernier, le prévenu avait frappé Pierre Devedeux, le maire de Saint-Alban-les-eaux. Ce dernier s'était interposé entre l'agresseur présumé et des riverains. 

Choix de la station

France Bleu