Faits divers – Justice

L'agriculteur manchois Thierry Olive condamné pour tromperie

Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin mercredi 12 février 2014 à 17:16

Thierry Olive à son arrivée au tribunal correctionnel de Coutances :"Je n'ai rien à me reprocher"
Thierry Olive à son arrivée au tribunal correctionnel de Coutances :"Je n'ai rien à me reprocher" © Radio France - /Benoît Martin

Le tribunal correctionnel de Coutances a condamné mercredi à 1000 euros d'amende avec sursis l'agriculteur star de "l'Amour et dans le pré". Il comparaissait pour tromperie lors de la vente d'un veau à un autre agriculteur.

Si le prévenu a plaidé l'erreur involontaire, le tribunal a donc considéré qu'il y avait eu la volonté de tromper l'acquéreur. Et il s'est donné les moyens de prendre sa décision sur des bases solides, en l'occurence, en ordonnant en août dernier, un complément d'information.

Des investigations supplémentaires qui ont permis de montrer que le veau vendu par Thierry Olive avait une mère de race prim'holstein (race laitière), et un géniteur impossible à identifier mais en tout état de cause, qui ne pouvait être de race blanc-bleu (race à viande). Par conséquent, le veau n'aurait pas du être rattaché à cette race comme l'a fait Thierry Olive en le déclarant. "Le système déclaratif exige la sincérité de l'éleveur" tonne l'avocate de la victime, l'acheteur qui se retrouve aujourd'hui avec une prim'holstein. "Ce n'est pas simplement une erreur d'étiquetage de la bête, il y a eu la volonté caractérisée de tromper le client" , ajoute l'avocate.

Une affaire de jalousie selon l'avocate de Thierry Olive

"Dans cette affaire, il y a une conjonction de comportements frisant la malhonnêteté. Et ce n'est surement pas à l'acheteur d'assumer les conséquences de cette duperie" , renchérit le procureur de la République avant de demander 1000 euros d'amende avec sursis.

Du côté de la défense, on pointe du doigt le plaignant qui se manifeste plusieurs années après la transaction. "C'est une question de jalousie" pour l'avocate de Thierry Olive. Un prévenu qui a le dernier mot : "C'est pas moi qui l'ai obligé à l'acheter ce veau. J'ai pas voulu le voler. Il pouvait me le rapporter je l'aurais remboursé."

Au final,  c'est ce qui attend l'éleveur, condamné à près de 800 euros de dommages et intérêts et à 1.000 euros d'amende, avec sursis.

Thierry Olive tout en retenue

Contrairement à la première audience en août dernier, lorsque le tribunal avait demandé le complément d'information, Thierry Olive était cette fois particulièrement discret. Faut-il y voir l'effet de la présence de son avocate ? En tout cas, aucune sortie médiatique pour les journalistes, pas de commentaire de la décision, sinon pour dire qu'il réfléchit à faire appel.

Reste quand même quelques interventions à la barre. Ainsi lorsque l'avocate de la victime lui demande pourquoi il a téléphoné au père de son client en le menaçant, Thierry Olive lève la main droite avant de s'adresser au président : "Je le jure monsieur le président, j'ai jamais menacé personne, je n'apporte que du bonheur aux gens" . Intervention qui provoque les rires étouffés de la salle. Et puis les derniers mots de l'audience, avant le jugement, toujours s'adressant au tribunal. Thierry Olive réaffirme sa bonne foi dans cette affaire avant de conclure: "J'accepterai la peine, faites votre jugement, je vous dis merci". Un merci pas réitéré après le prononcé de sa culpabilité.

Partager sur :