Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'aide soignante de la Pacaudière condamnée à 1 an de prison avec sursis pour maltraitance

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire
Roanne, France

Le Tribunal correctionnel de Roanne a condamné mardi l'aide soignante de l'EHPAD de la Pacaudière à 1 an de prison avec sursis. Une condamnation pour mauvais traitements envers plusieurs résidents de la maison de retraite. Elle ne pourra également plus travailler avec des personnes âgées.

Le tribunal de Roanne
Le tribunal de Roanne - Maxime Fayolle

Les parties civiles sont soulagées à la lecture du délibéré par le tribunal correctionnel de Roanne. L'aide soignante de l’Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) est condamnée à 1 an de prison avec sursis pour "violences habituelles sur personnes vulnérables", en l’occurrence des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

"C'est un soulagement, confie, émue, la directrice de l'EHPAD Erell Munch. Le plus important, c'était surtout que l'interdiction de travailler avec des personnes âgées soit prononcée."

En septembre dernier, lors du procès, il lui était reproché plusieurs actes de maltraitance envers au moins 26 résidents de la maison de retraite. Brosser les ongles des résidents jusqu'au sang, laisser la fenêtre ouverte des résidents en pleine nuit, les réveiller pour les changer alors qu'ils dorment ... Employée depuis plus de 35 ans dans l'établissement, l'aide soignante avait nié ces faits. "C'était pour les protéger", avait-elle assuré, concédant avoir "peut-être" dérapé en raison de la "fatigue et de la charge de travail", étant "seule la nuit" avec une auxiliaire de santé pour s'occuper de 82 résidents.

Elle devrait faire appel

A la lecture du délibéré, l'aide soignante était "effondrée, détruite" selon son avocat, Me Frédéric Doyez. "C'est un dossier plein d'incohérences. Il n'y a aucune constatation médico-légale de ces maltraitances. Juste des accusations de collègues qui viennent dénoncer des agissements qui auraient eu lieu à une période où elles n'ont rien dit. Et c'est le changement de direction qui permet de découvrir ces faits, comme par hasard."

L'avocat et sa cliente envisagent d'interjeter appel dans les prochains jours.

La Pacaudière ENRO

Choix de la station

À venir dansDanssecondess