Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'alpiniste Elisabeth Revol attendue mercredi sur les hôpitaux du Mont-Blanc

lundi 29 janvier 2018 à 16:56 Par Nathalie Rodrigues et Marie Ameline, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

L'alpiniste drômoise Elisabeth Revol, secourue in extremis dans l'Himalaya, est hospitalisée au Pakistan depuis dimanche après-midi. Elle doit être rapatriée en France, sur les hôpitaux du Pays du Mont-Blanc, où elle doit arriver mercredi.

L'alpiniste originaire de la Drôme a été secourue à plus de 6000 mètres d'altitude dans des conditions difficiles dans l’ascension du Nanga Parbat en Himalaya
L'alpiniste originaire de la Drôme a été secourue à plus de 6000 mètres d'altitude dans des conditions difficiles dans l’ascension du Nanga Parbat en Himalaya - @altitudePBlog

Elisabeth Revol, sauvée in extremis de la mort en Himalaya, dans la descente du Nanga Parbat, doit être rapatriée vers les hôpitaux du Mont-Blanc, habitués à traiter les blessures liées à l'alpinisme. Elle est attendue mercredi sur le site de Sallanches.

De premiers soins au Pakistan, avec l'appui d'un spécialiste français

Elisabeth Revol souffre de gelures aux mains et aux orteils. Emmanuel Cauchy, fondateur et médecin de l'Ifremmont à Chamonix (Institut de formation et de recherche en médecine de montagne), et également précurseur de la télémédecine, a conseillé les médecins qui l'ont prise en charge à l'hôpital d'Islamabad au Pakistan. Ils ont pu administrer à l'alpiniste l'équivalent de la molécule administrée chez nous aux victimes de gelures : l'Iloprost, un vasodilatateur. 

L'Ifremmont a démontré ces dernières années toute l'efficacité de ce produit pour éviter ou diminuer les amputations en dilatant les vaisseaux et donc en favorisant la circulation du sang. Le souci, précise Emmanuel Cauchy, c'est que normalement, pour agir sur les gelures, la perfusion d'Iloprost doit être réalisée dans les douze heures. Dans le cas d'Elisabeth Revol, l'injection est intervenue plus de vingt-quatre heures après l'apparition des gelures. 

Le traitement sera t-il suffisant pour éviter une amputation?

On ne peut qu'espérer que l'Iloprost permettra de limiter l'amputation aux orteils. Le pied gauche d'Elisabeth Revol est très atteint, ses mains sont moins touchées.  Dimanche soir en tout cas, lors du dernier échange téléphonique avec les médecins de Chamonix, Elisabeth Revol affichait bon moral, heureuse avant tout d'être encore en vie.