Faits divers – Justice

L’ancien directeur de l’ARS de Bourgogne-Franche-Comté relaxé

Par Christophe Tourné et Victoria Koussa, France Bleu Bourgogne mardi 17 janvier 2017 à 9:26

ARS (Illustration)
ARS (Illustration) © Maxppp - Sébastien Jarry

La justice a relaxé ce mardi Christophe Lannelongue, l’ancien directeur général de l'Agence régional de santé de Bourgogne-Franche-Comté. Il était poursuivi pour harcèlement moral par l'ancien directeur du centre hospitalier de Nevers.

Raynald Ferrari avait perdu son poste en mars 2015, sur décision du Centre National de Gestion des Praticiens Hospitaliers, validée par la ministre de la Santé Marisol Touraine.

L'épilogue d'une procédure qui avait débuté dans l'été 2014.

Tout commence en août 2014, quand le directeur de l'hôpital de Nevers se voit privé de ses fonctions de directeur intérimaire pour les établissements de La Charité-sur-Loire et Cosne-sur-Loire, au profit de son directeur financier. Raynald Ferrari n'a pas été prévenu et il avait perdu par la même occasion 1500 euros de revenus mensuels.

A partir de là, les relations entre Raynald Ferrari et le directeur de l'ARS s’étaient sérieusement dégradées. Christophe Lannelongue reprochait pelle mêle au directeur de l'hôpital de Nevers sa gestion du site, et des méthodes de management autoritaires (il a depuis été lui-même condamné pour harcèlement moral, ndlr). La procédure a abouti à une destitution. « Un lynchage », avait lancé Maître Jean-François Panis, défenseur de l'intéressé lors du procès.

L’avocate de Christophe Lannelongue, Maître Mélanie Roux, avait pour sa part plaider la relaxe de son client, en invoquant le manque de preuves quant aux faits de harcèlement moral. Il n'y a pas eu d'enquête de police sur cette affaire. Et personne n'a témoigné en faveur de l'ancien directeur.

Le directeur général de l'Agence régional de santé de Bourgogne-Franche-Comté est donc désormais relaxé pour l’ensemble des faits qui lui étaient reprochés et notamment pour harcèlement moral.

Christophe Lannelongue est donc relaxé pour l'ensemble des faits. Le tribunal correctionnel de Dijon vient de rendre sa décision.