Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'ancien dirigeant de l'usine Freix de Bonnétable condamné en appel

-
Par , France Bleu Maine

La cour d'appel d'Angers a validé la condamnation du chef d'entreprise pour avoir exposé ses salariés à l'amiante.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Chrystèle Lacène

Bonnétable, France

En janvier dernier, l'ex-dirigeant de l'entreprise de fabrication d'embrayages avait été condamné à un an de prison, dont six mois avec sursis. Il avait été reconnu coupable d'avoir exposé ses salariés à l'amiante pendant plusieurs années. La cour d'appel d'Angers a validé ce mardi la décision de première instance. 

L'avocat de six des salariés s'est dit satisfait de cette confirmation. "Le plus important était que l'infraction soit reconnue, et la peine est lourde", juge Me Paul Cao. Un an de prison dont six mois ferme et six mois avec sursis et 4000€ de dommages et intérêts à verser aux salariés, ainsi qu'une interdiction d'exercer une profession en rapport avec l'infraction. 

Du côté de la CFDT Métaux de la Sarthe, partie civile, "c'est une satisfaction, mais pas une victoire", corrige Jean-Louis Le Denmat. "La véritable victoire, ce sera quand plus aucun salarié ne sera exposé à l'amiante. Pour les salariés, c'est une bonne nouvelle, mais ils vont devoir vivre avec une épée de Damoclès, en craignant que l'amiante ne leur cause pas de pathologie." Le syndicat estime que plusieurs questions restent en suspens, notamment le traitement des déchets de l'usine Freix