Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'ancien évêque d'Orléans, André Fort, absent à son procès pour non dénonciation d'agression sexuelle

mardi 30 octobre 2018 à 15:07 Par Eric Normand, France Bleu Orléans et France Bleu

André Fort, l'ancien évêque d'Orléans, est renvoyé devant le tribunal correctionnel d'Orléans pour n'avoir pas dénoncé les agressions sexuelles présumées d'un des prêtres de son diocèse, l'abbé Pierre de Castelet. Mais André Fort n'est pas présent à l'audience ce mardi après-midi.

André Fort serait malade et ne peut pas assister à son procès.
André Fort serait malade et ne peut pas assister à son procès. © Maxppp - Thierry Bougot

Orléans, France

Pierre de Castelet, l'ancien curé de Lorris, dans le  Loiret est renvoyé devant la justice pour agressions sexuelles sur  mineurs de moins 15 ans. Il est jugé ce mardi après-midi devant le tribunal correctionnel d'Orléans aux côtés de l'ancien évêque d'Orléans, André Fort, renvoyé, pour n'avoir pas dénoncé ces agressions, dont il aurait eu connaissance dès 2010. Mais André Fort, lui n'est pas présent à la barre. Il est absent de son procès, contrairement à l'abbé Pierre de Coye de Castelet. L'ancien curé de Lorris et ancien aumônier des scouts d'Europe à Orléans et Meung-sur-Loire, est poursuivi pour des attouchements, sur des garçons de 10 à 12 ans, pendant un camp d'été, en 1993 dans les Pyrénées-Atlantiques.

L'absence de l'ancien évêque est très remarquée

La venue d'André Fort était très attendue. La salle d'audience, pleine comme rarement, devant de très nombreux médias, attendait les explications de l'ancien évêque. L'ambiance est tendue et le procureur particulièrement agacé.

C'est de la lâcheté, je le dis comme je le pense, j'ai hésité à lui envoyer un médecin. Je le faisais pour les malfrats en Corse et je ne pensais pas avoir à le faire pour un évêque - Nicolas Bessone, procureur de la république d'Orléans

L'avocat d'André Fort justifie l'absence de l'ancien évêque

"André Fort est malade, c'est pourquoi il n'est pas présent à l'audience," explique Benoît de Gaullier, son avocat. "Sa venue était prévue, on avait tout organisé mais son état de fatigue s'est dégradé et je n'accepte pas ce terme de lâcheté. Il y a un certificat médical de son médecin traitant, glissé hier soir sous la porte de la présidente à 17 heures." 

L'avocate de Pierre de Castelet, Agnès Bonardi ne comprend pas non plus cette absence :"Cette absence est surprenante. On ne l'a apprise qu'hier à 17 heures, c'est une nouvelle preuve de son incapacité à assumer. Mon client est présent, lui, et il attend d'être jugé aujourd'hui." Personne ne demande le renvoi. "On aura droit à une autre excuse si on renvoie l'affaire dans six mois," dit Edmond Fréty, l'avocat des victimes. "Elles sont là et cela fait 25 ans qu'elles attendent ce procès." Olivier Savignac, l'une des victimes, et qui a été le premier à oser parler, attend que la vérité éclate au grand jour lors de ce procès.