Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Haute-Vienne : l'ancien maire de Laurière condamné pour harcèlement moral sur sa secrétaire

vendredi 6 novembre 2015 à 17:13 Par Nathalie Col, France Bleu Limousin

L'ancien maire de Laurière (Haute-Vienne), Georges Bayle, écope de 5.000 euros d'amende et il devra verser 4.000 euros de dommages et intérêts à sa secrétaire. Dans son jugement rendu ce vendredi, le tribunal correctionnel de Limoges estime qu'il y a bien eu harcèlement moral.

Le palais de justice de Limoges
Le palais de justice de Limoges - Thomas Jouhannaud

Laurière, Limoges, France

L' affaire avait fait couler beaucoup d'encre dans le village de Laurière, une commune de 568 habitants située dans le nord de la Haute-Vienne et dirigée pendant 25 ans par Georges Bayle. L'ancien maire, dont le dernier mandat s'est achevé en 2014, est "un homme honorable" pour son avocat qui avait plaidé la relaxe à l'audience. Il reconnait tout au plus quelques maladresses de la part de l'élu, mais aucune volonté de harceler sa secrétaire. Pourtant selon elle, le calvaire a duré trois ans : entre 2010 - 2013.

Une victime mariée à un opposant politique du prévenu

A la barre, cette femme mariée à un opposant du maire avait raconté le dénigrement, les insultes dont elle était victime ou encore les doigts d'honneur qui lui étaient adressés. Accusée de tous les maux par son employeur, elle avait expliqué qu'elle s'était même heurtée à des serrures et des codes informatiques changés à la mairie, après un arrêt maladie. Elle avait finalement été reléguée dans un placard.

Georges Bayle se méfiait effectivement de sa secrétaire concède son avocat, qui souligne toutefois que son client a été relaxé concernant les faits reprochés par l'assistant de la secrétaire. La peine prononcée par le tribunal correctionnel de Limoges est plus clémente que celle réclamée par le parquet qui avait requis six mois de prison avec sursis. Pour l'instant aucune des parties n'a pris de décision concernant un éventuel appel.