Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'ancien manadier qui maltraitait ses chevaux condamné

jeudi 28 juin 2018 à 5:44 Par Camille Payan, France Bleu Gard Lozère, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Un ancien manadier de Générac a été condamné ce mercredi à quatre mois de prison avec sursis et près de 100.000 euros d'amende et de dommages et intérêts pour de graves maltraitances infligées à ses chevaux.

L'ancien manadier a expliqué avoir été victime de la sécheresse. (Photo illustration)
L'ancien manadier a expliqué avoir été victime de la sécheresse. (Photo illustration) © Maxppp - maxppp

Générac, France

C'est lors d'un contrôle de sa manade en octobre 2016 que les inspecteurs services vétérinaires avaient constaté les dégâts chez cet homme de 74 ans : quatre chevaux morts, certains étaient en état de décomposition avancée, dans les champs.  Deux ans auparavant déjà, les services vétérinaires avaient été alertés. 

En 2016, les services agissent et récupèrent vingt-sept équidés maltraités. Les tribunal les a confisqués définitivement et a interdit à l'ancien manadier de détenir des animaux pendant cinq ans.

Quatre mois de prison avec sursis et 100.000 euros d'amende

Il a été reconnu coupable par le tribunal correctionnel de Nîmes des délits "d'abandon d'animal domestique, apprivoisé, ou tenu en captivité", et de "détention de cadavre d'animaux sans déclaration à la personne chargée de leur enlèvement".

Il a été condamné à quatre mois de prison avec sursis et près de 100.000 euros d'amende et de dommages et intérêts.