Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L’ancien patron des pompiers du 13 devant la justice : "Le clientélisme, je ne sais pas ce que c’est"

-
Par , France Bleu Provence

Jean-Pierre Maggi est jugé devant le tribunal correctionnel de Marseille. Maire de Velaux pendant 43 ans, l’ancien patron des pompiers des Bouches-du-Rhône est accusé de détournements de fonds publics et favoritisme.

Jean-Pierre Maggi est jugé au tribunal correctionnel de Marseille
Jean-Pierre Maggi est jugé au tribunal correctionnel de Marseille © Radio France - David Aussillou

Il est arrivé ce lundi matin avec une casquette sur la tête dans la grande salle du tribunal de commerce de Marseille. Pour juger l’ancien député-maire de Velaux, le lieu sert exceptionnellement de tribunal correctionnel. Jean-Pierre Maggi est mis en cause dans le cadre d’une autre de ses anciennes fonctions : président du Service départemental d’incendie et de secours des Bouches-du-Rhône (SDIS 13).

Lors de la première matinée du procès, cet ex-baron de la politique locale a du s’expliquer sur son influence en matière de recrutement chez les sapeurs pompiers. En 2009, sur les 72 saisonniers, 44 ont été embauchés sur recommandation du président du SDIS et 40 vivaient à Velaux. 

Jean-Pierre Maggi a également fait recruter son épouse, son beau-fils et le gendre de sa compagne. "C’est pas possible, on ne peut pas faire ça, lui a lancé la présidente du tribunal. Vous signiez même les contrats vous-même avoir demandé l’avis de la commission de recrutement."

L’ancien grand patron des soldats du feu semble assumer sans problème ces conflits d’intérêts. "J’ai toujours fait ce que je pensais être bon, dit Jean-Pierre Maggi. Le clientélisme, je ne sais pas ce que c’est. Mais je n‘ai jamais eu besoin de ces pratiques pour gagner les élections. Ce sont les autres qui les ont perdues."

L’ex député-maire est jugé avec l’ancien directeur du SDIS 13, le colonel Luc Jorda. Le procès doit se terminer ce mardi soir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess