Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'ancien président du Medef de Franche-Comté est en prison pour des soupçons d'abus de bien social

mercredi 27 juin 2018 à 17:00 - Mis à jour le jeudi 28 juin 2018 à 11:29 Par Florian Cazzola, France Bleu Besançon

Jean-Luc Piton, ancien président du Medef de Franche-Comté, a été placé ce mercredi en détention provisoire après sa mise en examen pour abus de bien social et banqueroute. La Justice le soupçonne d'avoir volontairement confondu les comptes de ses sociétés en Haute-Sâone et ses comptes personnels.

Jean-Luc Piton avait démissionné de son poste de président du Medef de Franche-Comté au mois de mai 2018.
Jean-Luc Piton avait démissionné de son poste de président du Medef de Franche-Comté au mois de mai 2018. © Radio France - Dimitri Imbert

Franche-Comté, France

Il avait démissionné de ses fonctions de président du Medef de Franche-Comté le 5 mai 2018. Et le mois suivant, le voilà en prison. Placé en garde à vue ce mardi, Jean-Luc Piton a été présenté à un juge d'instruction à Vesoul (Haute-Saône), ce mercredi après-midi, dans le cadre d'un enquête qui a notamment révélé l'existence de plusieurs de ses comptes à l'étranger. Et en début de soirée, sa mise en examen pour abus de bien social et banqueroute a été décidée par le Parquet de Vesoul. Ainsi que son placement en détention provisoire.

Près de 300.000 euros transférés vers ses comptes personnels, selon la Justice

Cette mise en examen est en fait l'aboutissement d'une enquête démarrée à la mi 2017, lors du placement en redressement judiciaire de la société industrielle Bruno Richard, à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône). Les comptes présentés au tribunal de commerce de Vesoul montraient des anomalies, relevées par le mandataire judiciaire chargé du redressement et qui avait alors effectué un signalement auprès de la Justice. Et au fil des mois, les enquêteurs ont mis au jour des irrégularités dans les comptes, non seulement de la société Bruno Richard, mais aussi de la compagnie des Athelots, également basée à Luxeuil-les-Bains : deux entreprises, appartenant à Jean-Luc Piton, spécialisées dans le textile haut de gamme. L'ancien patron du Medef Franche-Comté est ainsi mis en examen pour avoir transféré de l'argent depuis les caisses de ses entreprises vers plusieurs comptes bancaires qu'il possède à l'étranger. Le préjudice atteint presque 300.000 euros selon le parquet de Vesoul qui a également requis et obtenu le placement en détention provisoire de Jean-Luc Piton. Par crainte de le voir se soustraire à la Justice ou détruire des preuves, explique le procureur de la République de Vesoul, Emmanuel Dupic.