Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L’ancienne principale d’un collège savoyard jugée pour harcèlement moral

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

En août 2015 le conseiller principal d'éducation du collège Joseph et Xavier de Maistre à Saint-Alban-Leysse (Savoie) se suicide. Ce vendredi, l'ancienne principale du collège est jugée pour harcèlement moral par le tribunal de Chambéry.

Tribunal de Chambéry
Tribunal de Chambéry © Radio France - Xavier Grumeau

L'ancienne principale du collège Joseph et Xavier Maistre à Saint-Alban-Leysse (Savoie) est jugée ce vendredi  pour harcèlement moral par le tribunal correctionnel de Chambéry. Elle est soupçonnée d’avoir poussé à bout le conseiller principal d’éducation (CPE), il s’est suicidé pendant l’été 2015.

Mario Guérinoni disait vivre un enfer, d’ailleurs il ne voulait plus retourner au travail, ou plutôt il ne pouvait plus, c’était au-dessus de ses forces. Il était hanté par l’idée de la rentrée et de devoir retourner au collège Joseph et Xavier de Maistre à Saint-Alban-Leysse. A 59 ans, il s'est suicidé sur son lieu de vacances en aout 2015.

Quelques mois avant il avait porté plainte, contre la principale du collège pour harcèlement. Brimades, injures, sanctions disciplinaires non justifiées selon lui. Il se plaignait également d’être rabaissé devant des professeurs et mêmes devant des collégiens. Son état de santé s’est dégradé physiquement et psychologiquement. Aujourd’hui, selon l’avocat de ses trois enfants, ils espèrent que la justice reconnaîtra que leur père a été victime de harcèlement.

La principale, désormais proviseur adjoint dans un lycée à Bourgoin-Jallieu (Isère), est poursuivie pour des faits commis entre 2013 et 2015, pendant deux ans, une accusation qu’elle rejette en bloc. Elle estime qu’elle n’a rien à voir avec le suicide de son ancien conseiller d’éducation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess