Faits divers – Justice

L'appel du désespoir de la mère de Karim Maloum, gangster de Perpignan

Par Martin Cotta, France Bleu Roussillon mardi 4 mars 2014 à 7:00

Karim Maloum (à droite) joue au rugby en prison

La semaine dernière, la justice a décidé de maintenir Karim Maloum en prison. L'ancien membre du gang de la Dream Team est soupçonné de dépôt d'armes en bande organisée. L'année dernière, la police a retrouvé un entrepôt avec un impressionnant arsenal de guerre.

C'est la quatorzième année de prison au total dans la vie de Karim Maloum. Et l'ancien joueur de l'USAP passera encore plusieurs mois à la maison d'arrêt de Bois d'Arcy dans les Yvelines. La chambre de l'instruction de Lyon a décidé de ne pas libérer Karim Maloum  dans l'affaire de l'entrepôt .

L'année dernière, les policiers ont découvert ce lieu, plein d'armes, d'explosifs et de voitures cylindrées. Et sur un étui à pistolet : l'ADN du catalan. "Ce n'est pas sur les murs de l'entrepôt, sur les portes, sur les poignées ou sur le sol qu'on a retrouvé l'ADN, mais sur un objet transportable qui a parfaitement pu être touché de manière récente ou ancienne par mon client et être arrivé dans cet entrepôt pour des raisons qui ne le concernent pas ", défend François Heyraud, son avocat du barreau de Lyon.

François Heyraud l'avocat de Karim Maloum

Karim Maloum (à droite en bleu) entraîne des prisonniers au rugby

Après avoir été condamné à 15 ans de prison en 2000 pour le braquage d'un fourgon en région parisienne, Karim Maloum a pu vivre en liberté avec sa famille pendant 4 ans. Il s'était réinséré et travaillait dans un club de Kick-Boxing. En 2012, le passionné de rugby est accusé de racket sur un homme. Il lui aurait soutiré près de 50 000 euros.

Marie-Christine Maloum, la mère de Karim, pensait revoir son fils et être définitivement débarrassée des ennuis judiciaires . Son maintien en détention est donc un coup dur pour la maman : "des fois, j'en veux un peu au monde entier franchement. Il me manque beaucoup. Je ne vois pas ce qu'on lui reproche, je ne vois pas... je l'ai vu deux trois fois au parloir et il me disait : "maman, avant je savais pourquoi j'étais en prison mais là, je ne sais pas pourquoi !" raconte Marie-Christine Maloum. Cette femme se dit au bout du rouleau et en dépression. Elle voit très souvent sa belle-fille et ses petits-enfants, mais il lui manque toujours un membre de sa famille.

Marie-Christine Maloum regarde un article de presse sur son fils Karim

"Je suis au bout du rouleau"