Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

L'application d'alerte attentat SAIP abandonnée par le gouvernement

mardi 29 mai 2018 à 15:19 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

L'application SAIP, créée par les autorités pour alerter les personnes sur leur smartphone en cas d'attaque terroriste, va cesser de fonctionner le premier juin, annonce franceinfo ce mardi. Elle n'a pas prouvé son efficacité. Le ministère de l'Intérieur compte s'appuyer sur les réseaux sociaux.

L'application SAIP ne fonctionnait pas correctement.
L'application SAIP ne fonctionnait pas correctement. © AFP - DAMIEN MEYER

Lancée en 2016 par le ministère de l’Intérieur, l’application SAIP (Système d’alerte et d’information des populations) va être abandonnée par le gouvernement, indique franceinfo ce mardi. L’application, censée alerter la population en cas de péril majeur, comme un acte terroriste, ne sera plus active à partir du vendredi 1er juin.

Plusieurs ratés lors d'attaques terroristes 

L’application SAIP avait été lancée le 8 juin 2016, au début de l’Euro de football en France. Elle n'a pas prouvé son efficacité, notamment lors de plusieurs actes terroristes commis en France. Lors de l'attaque au camion sur la Promenade des Anglais à Nice le 14 juillet 2016, SAIP a mis plus d'une heure avant de déclencher l'alerte. Autre exemple, à Trèbes dans l'Aude, aucune alerte n'avait été émise lors de la prise d'otages dans le Super U.

Le ministère de l'Intérieur va s'appuyer sur les réseaux sociaux

D'après RTL, le gouvernement va désormais compter sur les réseaux sociaux, comme Facebook, Google et Twitter, pour alerter les Français en cas d'attaque. Il n'y aura ainsi plus d'application à télécharger. Les autorités couvriraient ainsi plus de personnes et les atteindraient plus rapidement, en utilisant des outils qui ont fait leurs preuves. Des partenariats ont été signés : les autorités vont pouvoir utiliser directement le fameux "Safety Check" de Facebook, qui sert aux utilisateurs du réseau à signaler qu'ils sont bien en sécurité après une attaque dans leur zone géographique.

Un nouveau compte Twitter du gouvernement dédié aux alertes 

Toujours selon RTL, un compte Twitter dédié aux alertes, piloté par le ministère de l'Intérieur, sera activé vendredi 1er juin. Les abonnés à ce compte recevront des notifications sur leurs appareils mobiles en cas d'attaque.