Faits divers – Justice

L’arme parachutée à la prison de Metz-Queuleu était factice

Par François Pelleray et Thomas Jeangeorge, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu mercredi 9 septembre 2015 à 15:02

La maison d'arrêt de Metz Queuleu
La maison d'arrêt de Metz Queuleu © Max PPP

Les surveillants (source UFAP) annonçaient la découverte d'une arme à feu mardi après-midi dans l’enceinte de la maison d’arrêt de Metz-Queuleu. Un colis lancé de l’extérieur. Finalement, il s'agit d'une arme factice, mais quand même dangereuse. Ce faux pistolet cachait une lame à cran d’arrêt.

Dans un premier temps, les surveillants de la maison d’arrêt de Metz-Queuleu ont cru récupérer une vraie arme à feu, parachutée près de la cour de promenade. Cela aurait été une première à Metz de découvrir une arme à feu (il y a trois ans, des cartouches avaient été saisies). Or, il s’agit d’une fausse arme de poing, mais qui renferme quand même une lame à cran d’arrêt de 8 centimètres.

Un homme à scooter

Cette arme blanche a été lancé mardi après-midi par dessus les murs. On appelle cela un parachutage, une pratique assez fréquente aux abords des centres pénitentiaires. Le lanceur de ce colis un peu particulier est un pilote de scooter qui a longé l'enceinte de Queuleu et qui a balancé plusieurs paquets vers la cour de promenade.

La vidéo pour identifier l’auteur

Les colis ont atterri dans une zone neutre, une sorte de no man's land entre la cour et les murs de la maison d’arrêt. Ces paquets ont été découverts par des surveillants. A l'intérieur : des téléphones, des produits stupéfiants et donc cette arme digne d'un James Bond au rabais. Un pistolet factice avec l'intérieur un petit couteau. Une enquête a été bien sûr ouverte et la vidéosurveillance de la prison pourrait aider les policiers à identifier l'auteur de ces parachutages manqués.